AccueilAuteursContact

Actualité


Mars 2021
Laurence BOUVET
"A hauteur du trouble" - poésie
En savoir +


Jean-Jacques HAMM & Gisèle JOLY
"Cher Desal" - témoignage
En savoir +


Février 2021
Jean-Pierre AERTS
"A la manière de - Voyage intérieur dans un grand siècle de peinture" - poésie
En savoir +


Mohsen MARASHI POUR
"Au-delà de mes pensées" - roman
En savoir +


François GATTEL
"Contre-calque" - roman
En savoir +


Cécile LOUVEL
"De rerum …Et autres sentiments…" - poésie
En savoir +


Mountajab SAKR
"Débris" - roman
En savoir +


Kitty HOLLEY
"Outre marine" - poésie
En savoir +


Eric SIVRY
"Pris en otage" - poésie
En savoir +


Dominique MALMAZET-GRENARD
"Puisque le temps est compté..." - haïku
En savoir +


Dominique ZINENBERG
"Sans nom le ciel" - poésie
En savoir +


Janvier 2021
Alexandra JOY
"Brahman dit ou essai sur la perspicacité" - spiritualité
En savoir +


Florence CHARRIER
"L'hôtel d'o" - roman
En savoir +


Anne-Emmanuelle FOURNIER
"La part d'errance" - poésie
En savoir +


Toinon MAGUEREZ
"Partir dit-elle" - roman
En savoir +


Christophe FORGEOT
"Pleine ruine" - poésie
En savoir +


Arnaud VILLANI
"Raisons de guerre et politique du grand monde" - essai
En savoir +


Christophe VIXOUZE
"Trans⤏mut⤎Alarmes" - poésie
En savoir +


Jacquy GIL
"Viatiques" - poésie
En savoir +


Anne DE COMMINES
"Vous sentez-vous à l'article de l'humour?" - poésie
En savoir +


Décembre 2020
DIBBOUK 20
"Brèc(he)" - poésie
En savoir +


Marina POYDENOT
"D'un pas de flamme" - poésie
En savoir +


Shahrzad GHAFFARI
"Echo (English adaptation)" - poésie
En savoir +


Anny PELOUZE
"Eclat de temps" - poésie
En savoir +


Jean-François FORESTIER
"En passant par la Zad" - roman
En savoir +


Chérif DELAY-BADAOUI
"Guernica dans la tête" - témoignage
En savoir +


Aline MURA-BRUNEL
"La voix singulière de Fabrice Humbert" - essai
En savoir +


Constance DICKSON
"Le magasin et les lieux publics du handicap" - témoignage
En savoir +


Frann BOKERTOFF
"Poèmes et récits des cent et une nuits" - roman
En savoir +


collectif
"Poésie en liberté 2020" - poésie
En savoir +


Pablo POBLETE
"Psychopoésie Anthologie Totale" - poésie
En savoir +


Jean-Michel LEGLISE
"Un jour, la Mer était bleue" - haïku
En savoir +


Christiane SIMONEAU
"Vague entre vagues" - poésie
En savoir +


Novembre 2020
Henri LE GUEN-KAPRAS
"Ce rien d'osier m'éclaire" - poésie
En savoir +


Shahrzad GHAFFARI
"Echo" - poésie
En savoir +


François MOCAER
"Le don du silence est le diamant du vide suivi de Définitions de Dieu Le chant de l'éveil" - poésie
En savoir +


Marie GUERRINI
"Le soleil se faufile dans nos nuits" - poésie
En savoir +


Patrick FETU
"Mon ticket pour paris" - haïku
En savoir +


Octobre 2020
William POLSENS
"À cœur d'onde assassine" - roman
En savoir +


Étienne RUHAUD
"Animaux" - poésie
En savoir +


Jean-Pierre ROUSSEAU
"Anthologie des grands poètes contemporains du Brésil" - poésie
En savoir +


François MINOD
"Au plus près" - poésie
En savoir +


Jean-Philippe TESTEFORT
"Au temps où les fantômes m'enchantaient encore" - poésie
En savoir +


Jeanne MORISSEAU
"Beiges, blancs, gris" - poésie
En savoir +


Isabelle CAMARRIEU
"Caractères expensifs" - poésie
En savoir +


Minh-Triết Phạm
"Chronique d'un confinement" - haïku
En savoir +


Marie-Lise CORNEILLE
"Clameurs d'encre" - poésie
En savoir +


Alain CLASTRES
"Cristal" - poésie
En savoir +


Béatrice ALBERTAT
"Dans ma valise il y a…" - poésie
En savoir +


Marie-Philippe DELOCHE & Philippe BOURET
"De si longtemps avant les mots" - poésie
En savoir +


José MUCHNIK
"Déchirures" - poésie
En savoir +


Michel DUPLAIX
"Du coq à l'âme" -
En savoir +


Céline AURIMOND
"Éléments" - poésie
En savoir +


Christiane HAEN-RANIERI
"En quête de lumière" - haïku
En savoir +


Hélios SABATÉ BERIAIN
"Grandstade" - poésie
En savoir +


Claire KALFON
"Ici et pourtant" - poésie
En savoir +


Suzy MALTRET
"L'autre lisière" - poésie
En savoir +


Michelle AZARA
"L'étoffe du vide" - poésie
En savoir +


Marc-Louis QUESTIN
"La constellation du cygne" - poésie
En savoir +


Édith PAYEUX
"Le corps de la terre" - poésie
En savoir +


Mona GAMAL EL DINE
"Le dimanche de sa majesté la girafe" - jeunesse
En savoir +


Maïté VILLACAMPA
"Le levain de l'inachevé" - poésie
En savoir +


Muriel RAMOS
"Le parfum des tulipes" - roman
En savoir +


Florence ISSAC
"Les mensonges" - roman
En savoir +


Ossian PEREZ
"Les plis du ciel" - poésie
En savoir +


France BURGHELLE REY
"Lieu en trois temps suivi de L'Un contre l'autre : Gegenüber" - poésie
En savoir +


Joël LALOUX
"Méditations dans le jardin" - poésie
En savoir +


Laura FUSCO
"Nadir" - poésie
En savoir +


Patrice BOURET
"Nous savons que nous sommes aveuglés" - poésie
En savoir +


Ronald NOSSINTCHOUK
"Obsidionales" - poésie
En savoir +


Germain REHLINGER
"Trace de ta main un talisman" - haïku
En savoir +


Catherine JARRETT & Philippe TANCELIN
"Un ciel un jour" - poésie
En savoir +


Matthias VINCENOT
"Une éternité provisoire" - poésie
En savoir +


Nicolas BLANC
"Une lassitude émerveillée" - poésie
En savoir +


Septembre 2020
Kouam TAWA
"À mi mots" - haïku
En savoir +


François BUSIER-ROUGE
"Atteinte des corps" - poésie
En savoir +


Nathalie ROUDNEFF
"Et en elle, lumineux le cauchemar" - roman
En savoir +


Agnès ADDA
"La filature" - poésie
En savoir +


Régis MOULU
"Le muscle du rêve" - poésie
En savoir +


Août 2020
Edouard STACKE
"Ghardaia Shangai" - poésie
En savoir +


Guillaume CURTIT
"L'aire de rien" - poésie
En savoir +


Juillet 2020
Cécile ROY
"Bande d'arrêt d'urgence" - poésie
En savoir +


Jacques BROSSARD
"D'après nature" - poésie
En savoir +


Francis COFFINET
"Je suis de la maison du songe" - poésie
En savoir +


Geneviève DEPLATIÈRE
"L'un seul, légendes" - poésie
En savoir +


Malika HALBAOUI
"« LA » poème, chants héroïques !" - poésie
En savoir +


Eric DESORDRE
"Le chemin derrière l'étoile" - poésie
En savoir +


Fadéla CHAIM-ALLAMI
"Les oueds ne vont pas tous à la mer" - poésie
En savoir +


Dominique BOUFFIES
"Ode à Celui qui EST" - spiritualité
En savoir +


Jean-François BLAVIN
"Oscillations vagabondes au crépuscule" - poésie
En savoir +


Valentine DUBOIS & Alain GARO
"Ouverture facile" - poésie
En savoir +


Henri TOUITOU
"Seule, Biskra" - roman
En savoir +


Juin 2020
Etienne ORSINI
"A l'ouest, bien à l'ouest" - roman
En savoir +


Armelle CHITRIT
"Acousmies songes" - poésie
En savoir +


Stéphane AMIOT
"Bris épars" - poésie
En savoir +


Anne de COMMINES
"D'étranges histoires rêvées par un livre" - roman
En savoir +


Chantal COULIOU
"Du soleil plein les yeux" - haïku
En savoir +


Catherine DELAMBRE & Patrick FETU
"Echo" - haïku
En savoir +


wall°ich
"...En avant comme après..." - poésie
En savoir +


Régine BEAUVAIS
"Goût du soleil à cœur" - poésie
En savoir +


Michel JOURDAN
"Hors-Pistes" - poésie
En savoir +


Hervé LE CORNEUR
"Là où il y a de l'homme..." - poésie
En savoir +


Louis-Marie-Armel IKAPI POMBO
"Le mur des lamentations" - poésie
En savoir +


Jean HAUTEPIERRE
"Le testament de la licorne précédé des Idoles" - poésie
En savoir +


Laurence BOUVET
"Les miroirs ne disent pas tout" - roman
En savoir +


Véronique DUTREIX
"Mon amour invisible" - haïku
En savoir +


Pascal HERMOUET
"Mosaïques" - poésie
En savoir +


Nathalie DHENIN & Jean-Luc VANKERSSCHAVER
"Pantouns et Peintures" - poésie
En savoir +


Nathan R. GRISON & Laurent GRISON
"Parcourir le silence" - poésie
En savoir +


Pascal HERMOUET
"Passage à l'heure d'hiver" - poésie
En savoir +


Pablo POBLETE
"Psycho-Portrait-Ego-Déconstructif" - poésie
En savoir +


Minh-Triết Phạm
"Rhin romantique, croisière en haïkus" - haïku
En savoir +


Paul GUILLON
"Sous une meule de pierre" - poésie
En savoir +


Antemanha
"Te Awa Tupua" - poésie
En savoir +


Mai 2020
Jean-Philippe TESTEFORT
"De ma part du démon" - poésie
En savoir +


Alain CLASTRES
"Eau donnée" - poésie
En savoir +


Kitty HOLLEY
"Éphémère Éternité" - poésie
En savoir +


Arnaud LANDREAU
"Fragments" - essai
En savoir +


Hélène REVAY
"J'emprunte la route qui rend fou l'horizon" - poésie
En savoir +


Aude D'ACHON
"L'être au frère" - roman
En savoir +


Najat AGUIDI
"La tentation du présent" - haïku
En savoir +


Davide NAPOLI
"Le lapsus de l'ombre" - poésie
En savoir +


Ludovic HARY
"Les fuites de Greg Men" - roman
En savoir +


Marie-Claude SAN JUAN & Roland CHOPARD
"Ombres géométriques frôlées par le vent" - poésie
En savoir +


Philippe CADO
"Pierre ou l'ambivalence Une passion des contraires" - essai
En savoir +


Monique MARTA
"Sortir du cercle" - poésie
En savoir +


Brigitte BRAMI
"Surtout ne pas nuire" - témoignage
En savoir +


Mars 2020
Zora TAHAR & Madeleine DOLE
"Cacti" - poésie
En savoir +


Gérard MOTTET
"Ce bleu désir d'immensité" - poésie
En savoir +


Nicolas ZANNIN
"Cri de la vie d'Abel" - poésie
En savoir +


Ronald NOSSINTCHOUK
"Etats de la finitude" - poésie
En savoir +


Radu BATA
"Le blues roumain" - poésie
En savoir +


Sarah MOSTREL
"Le désespoir de Marguerite Duras" - poésie
En savoir +


Marie Desjars DE KERANROUE
"Le monde dans tous les sens" - essai
En savoir +


Fabien MARQUET
"Tenere" - poésie
En savoir +


Kokouvi Dzifa GALLEY
"Vagues à lame" - poésie
En savoir +


Eric BERNICOT
"Vers les habitations" - haïku
En savoir +


     

roman


Auteur : Aude D'ACHON
Titre : L'être au frère
Un après-midi d’été, B. se présente à la porte d’Ilse, sa sœur. Il prononce une phrase sibylline. Deux semaines et demie plus tard, cette phrase prend tout son sens. Ilse s’attache alors à tenter de faire le deuil, impossible. Elle tente de comprendre le sens de cet acte, repassant « la vie de ces derniers jours » et les bribes de leur passé, plus ou moins communs.

Professeure de lettres, puis journaliste, Doctoresse es lettres, Aude d’Achon a reçu quatre prix de poésie. A collaboré à une vingtaine de revues littéraires et artistiques.

Auteur : Thierry ACOMAT
Titre : Maladésir
Voici donc à découvert une semaine de mon ami Nathan.
Une longue semaine, un quotidien infra-ordinaires, en écho au concept de Georges Pérec.
« C’est-à-dire ce qui se passe et qui revient chaque jour, le banal, le quotidien, l’évident, le commun, l’ordinaire, le bruit de fond, l’habituel… Et toutes ces « choses communes », traquées, débusquées, arrachées à la gangue dans laquelle elles restent normalement engluées.
Afin de leur donner un sens, une langue : qu’elles parlent enfin de ce qui est, de ce que nous sommes. Histoire de fonder enfin notre propre anthropologie : celle qui parlera de nous, qui ira chercher en nous ce que nous avons si longtemps pillé chez les autres. Non plus l’exotique, mais l’endotique. »
Chaque jour ici, ou presque, est donc construit sur une ou deux anecdotes. Autour desquelles la vibration dramatique unilatérale de l’existence de Nathan fait entendre la peur, la torpeur, l’atonie, le vide et l’ennui. Comme une apnée, proche du grand sommeil. Et pourtant bientôt… ?

Auteur : Frédéric ALBOU
Titre : Quand reviennent les âmes séparées
Empire unifié de Chine, entre 206 et 195 environ, avant notre ère. Shen Jian, Prince de la dynastie Qin, fils du général Meng, artisan de la Grande Muraille, rencontre la belle Hua Wen, fille du premier opposant au régime, le général Guang. Entre eux naît immédiatement une passion, contrariée par les luttes intestines opposant les clans qui se disputent le pouvoir suprême. C’est à la faveur de leur histoire d’amour immaculée que s’articulent toute la tragédie et la beauté de ce récit. Les destins sont écartelés, mais se retrouvent, au-delà des murs, comme si l’amour était éternel et pouvait transcender le temps. Car il s’agit bien d’âmes qui se dépassent pour sublimer jusque dans le cœur du lecteur cette part d’indicible tapie en chacun de nous. C’est dans un style aérien, comme venu de ces âmes séparées, que ce récit exprime les nuances de ce qui réside au-delà des mots, pour partager avec vous ce qui palpite au tréfonds de ces êtres justes, délicats et incandescents.
Vous ne pourrez vous détacher de l’histoire de cet amour, qui refuse de sombrer dans l’oubli, et qui continuera de vous hanter, une fois la lecture achevée...

Auteur : Pascal AUBIER
Titre : Bon débarras
Avec ce premier roman, Pascal Aubier fait déjà preuve de singularité en nous décrivant (comme le vrai cinéaste qu’il est) de manière forte et réelle un Paris dévasté par des combats entre les hommes et les femmes. Si ce roman comporte une part de fiction et d’imaginaire qui nous dépasse par la violence des combats (des morts partout), le contexte n’en demeure pas moins d’actualité en quelque sorte.

Pascal Aubier met alors en scène un homme esseulé et vieillissant qui, bien que rien ne lui ressemble dans cette histoire de complot et de malentendu dont il n’est qu’un spectateur lambda au début, en devient le protagoniste de la façon la plus folle qui soit. Au fur et à mesure des événements, il va tenter de comprendre et d'appréhender la situation et se la commenter en se remémorant ses anciennes conquêtes, ses émois érotiques comme si à son âge il avait cette capacité à se laisser émerveiller en cherchant dans les femmes cette part de lui-même et du monde qui lui échappera toujours.

Auteur : Pierre BARBONI
Titre : Au matin des jours d'après
Pierre Barboni nous raconte l’histoire de deux femmes qui ont traversé la vie d’un homme et qui, chacune à leur manière, l’ont hanté, l’ont questionné sur lui-même. Il a su se transformer à travers elles, découvrant peu à peu les mécanismes de l’inconscient qui ont sublimé ces deux femmes en lui.
Loin de toute psychologie, l’auteur parvient à exprimer à la fois ce qu’il y a de plus profond et caché en nous dans le jeu des séductions et des attirances tant du côté féminin que masculin.
Livre remarquable par la densité des personnages qui apportent chacun une pièce à cette œuvre littéraire qui a des vertus transformatrices à qui sait la lire.

Auteur : Philippe BIGET
Titre : Avez-vous vu passer l'amour ?
Dans ces histoires peu ordinaires, Philippe Biget sait, avec force et subtilité, nous faire partager des univers liés au désir et à cette douce folie que peuvent inspirer la femme, la recherche de l’amour sous diverses formes.

Le sujet de ces histoires se moque bien des convenances, on y décèle parfois de l’humour mais aussi des profondeurs métaphysiques ou tout à la fois. Certains de ces textes, dans lesquels réalisme et fantastique se mêlent souvent, resteront à jamais gravés dans nos esprits. Si tour à tour, une femme se laisse séduire par un vieillard, un homme fait le tapin au Bois de Boulogne, un prêtre en proie à la culpabilité va voir une prostituée au moment où l’on doit élire le nouveau pape, c’est toujours pour notre plus grand plaisir, à nous lecteurs, qui aimons nous délecter des mots dont l’auteur maîtrise tant la pesanteur que la légèreté.

Auteur : Daniel BIRNBAUM
Titre : A chute ou abruptes
Dans cette collection de petites histoires à chutes ou abruptes, dont l’écriture s’étale sur une dizaine d’années, les textes prennent différentes formes, courtes nouvelles, petits contes, saynètes, réflexions, mais sont unis par un même style, humoristique, caustique, poétique et décalé. Un recueil au rythme soutenu, sans mots superflus, plein de surprises, aux textes parfois engagés, parfois absurdes, qui sort des sentiers battus par le ton et les sujets variés et souvent inattendus. À lire à et par tous les degrés.

Auteur : Christiane BODET
Titre : Le Clan des ancêtres
À travers ce roman, l’auteur nous dévoile peu à peu avec une langue dont la poésie, comme en filigrane, est là pour nous rappeler à une métaphysique urgente, les secrets enfouis qui émergent soudain de la vie et de l’inconscient mêlés. Ce livre est l’histoire de Xavier Beauchamps qui, au fil du récit, va découvrir ses origines à partir du Clan des Ancêtres, une œuvre que lui a offerte son oncle. C’est alors que tout va s’enchaîner: une résurgence des souvenirs, sa relation avec Béatrice, des écrits laissés dans une malle. Son oncle Modeste savait des choses, avait reconstitué le passé, mais paradoxalement c’est comme s’il avait laissé Xavier à lui-même jusqu’au secret final, porteur de tout le récit.

Auteur : Frann BOKERTOFF
Titre : Ainsi volent les libellules
Que peut-il y avoir de commun entre un vigneron, un professeur émérite, une jeune féministe, un chanteur occitan, une femme au foyer, un zadiste, un gendarme, un travailleur immigré, un « nez » et deux ex-soixante-huitardes ? Une chanson de Johnny et une réflexion sur la grammaire de Vaugelas ? À quel moment et de quelle façon leurs vies se croisent-elles ? Au fur et à mesure de la lecture, les histoires s’imbriquent les unes dans les autres telles les pièces d’un puzzle que le lecteur reconstitue.
Dans le premier tome de cette saga, une trentaine de personnages de professions, langues, opinions et orientations sexuelles différentes se rencontrent, se perdent de vue, se quittent sans savoir qu’ils ont tous un point commun. Au fil d’une fresque romanesque qui se déroule sur trois générations de Paris à la Provence en passant par Londres et Katmandou, du Québec au Kurdistan, de mai 68 à mai 2018, sur des airs de Leonard Cohen, Jimmy Hendrix, Johnny Hallyday, Indochine ou Jacques Higelin, sans oublier les comptines pour enfants ni les chants occitans, l’auteure à l’écriture concise, vive et imaginative nous entraîne dans un ballet fascinant et intrigant, rapide et turbulent comme un vol de libellules.

Auteur : Frann BOKERTOFF
Titre : Ainsi volent les libellules - Tome 2 L'exuvie
Existe-t-il des univers parallèles et peut-on envoyer des messages de l’au-delà ? La mystérieuse réapparition de Daphné, perdue de vue depuis les événements de mai 68, et les destins entremêlés d’une trentaine de personnes qui ont toutes croisé la route de Sacha, incitent cette dernière à s’interroger sur les véritables raisons de son retour dans le village du Sud où elle passait ses vacances en compagnie de son frère, chercheur en physique quantique. Était-il sur le point de faire une révélation qui aurait pu changer la face du monde lorsque le Boeing à bord duquel il se trouvait disparut de tous les écrans radar ? Est-ce lui qui a guidé les pas des deux amies jusqu’à la mystérieuse pierre de La Martelle ? Et d’où vient ce chat qui ressemble à celui d’Alice au pays des merveilles ?
Jusqu’où la curiosité de Sacha la mènera-t-elle ?

Auteur : Frann BOKERTOFF
Titre : Poèmes et récits des cent et une nuits
Il était une fois…
Une petite fille qui aimait les contes de fées. Devenue écrivaine, elle se remémore les aventures qui ont jonché sa vie et son parcours semé d’épreuves. Composé de sept chapitres comme les sept vallées du conte persan La Conférence des oiseaux, ce recueil de récits, de poèmes et de calligrammes retrace sa quête du paradis perdu au cours de ses cent et une nuits de confinement. Amoureuse de la poésie persane, Frann BOKERTOFF nous livre une composition originale qui tient à la fois de la poésie, du conte et du récit.

Auteur : Nathalie BONIFACE-MERCIER
Titre : L'hiver avec elle
Un soir d’hiver, Clara se retrouve bloquée par la neige sur une petite route de Bourgogne. L’hiver avec elle est un chassé-croisé d’amitiés et de séductions, de désirs inavoués, à travers lequel la joie de vivre se traduit par le plaisir de la bonne chère.

Nathalie Boniface-Mercier est l’auteur de nouvelles, de romans et d’un récit sur le pèlerinage de Compostelle, Le Chemin des veilleurs, aux Editions Unicité (2017)

Auteur : Dan BOUCHERY
Titre : Dan et Cookie Super Star
Ah ! Si les chats pouvaient parler ! Cookie pourrait raconter ce qui lui est arrivé depuis sa disparition, le 7 mars 2013, à Grasse. Pour des raisons professionnelles, son contrat terminé, sa maîtresse rentre chez elle en Normandie, dans le Pays d’Auge. C’est le début d’une histoire, l’histoire d’un lien, d’un amour sans bornes.
Plus tard, les médias s’emparent de cette histoire et c’est le buzz ! L’histoire déborde. Des courriers d’auditeurs émus arrivent de toutes parts, par téléphone, par la poste, par mail. La télé, même la télé, s’intéresse à l’histoire.
Incroyable ! Les incrédules resteront incrédules. Le merveilleux se manifeste à ceux qui gardent un cœur d’enfant. Les grandes personnes fabriquent des contes pour les enfants ? Oui ! Pourtant, parfois, c’est la vie elle-même qui les écrit.

Auteur : Laurence BOUVET
Titre : Les miroirs ne disent pas tout
En 1975, Paul quitte la province avec ses parents pour venir vivre en région parisienne. Le père est promu au rang de contre-maître dans une annexe de son usine en Normandie et sa mère espère trouver meilleure situation que câbleuse à la chaîne.

La famille Bouquint est logée dans une HLM récemment construite en bord de Seine à une époque où la banlieue proche de Paris se développe à grands pas.

Le changement de qualité de vie et le sentiment d'exil vont fragiliser la santé de Madame Bouquint qui sombre dans une forme de mélancolie que l'alcool tentera de combattre. De son côté, Paul, troublé dans son corps qu'il ne reconnait pas comme étant le sien, est l'objet d'une forme de harcèlement et d'incompréhension de la part de son entourage.

Auteur : France BURGHELLE REY
Titre : L'Aventure
Sur une chaise près de la lucarne, une petite caisse en osier et, ouvert, sous quelques éclats de verre, un grand cahier rouge. Deux rubans noirs pendaient de chaque côté et un vieux gilet masquait la page de droite. Je profitai du moment où Stan examinait les dégâts pour m'emparer de l'objet et le voir de plus près. Mais je dus auparavant casser un brin d'osier dans lequel un des deux rubans s'était emmêlé. Tout en laissant instinctivement un doigt à l'endroit où il était resté ouvert, je refermai le cahier pour en voir la couverture. Je pus alors lire : "Claire-Été 90". Ce titre ornait le milieu de la page et en haut à droite il y avait cette phrase : "On vit pour se souvenir un jour."

Auteur : Claude CAER
Titre : La rue Saint-Maurice
Si la Bretagne est une terre de marins naufragés, elle n’en demeure pas moins un pays où les hommes sont hantés par le mythe de leur retour. Claude Caër, dans un style à la fois simple et profond, nous raconte cette histoire où la réalité nous dévoile, derrière les apparences, la face cachée de la nature humaine. Amour et crime vont alors comme signer un pacte d’alliance.

Ainsi Locronan sera le théâtre d’une histoire de marin disparu, d’amour et de chair jusqu’au sang qui va couler… mais on ne vous en dira pas plus.

Auteur : Jacques CAUDA
Titre : Vita Nova
Avec ce nouvel ouvrage en forme de récits autobiographiques, Jacques Cauda nous montre toutes les facettes de son talent et des passions qui ont jalonné sa vie. Passion pour le cyclisme avec les aspects sportifs et humains qui tournent autour de l’épreuve mythique du Tour tout en contant ses histoires intimes.
D’autres histoires suivront où l’amour tient une place majeure, où l’écriture apparaît alors comme un catalyseur d’émotions, roue libre de sentiments en marche.
Lire Jacques Cauda est un vrai régal et chaque phrase est distillée avec une élégance rare, à l’image sans doute du personnage qui raconte ici ce qui a fait l’homme, l’écrivain avant tout.

Auteur : Florence CHARRIER
Titre : L'hôtel d'o
Florence Charrier, psychanalyste et écrivain depuis de longues années, femme à la recherche des nuances et des tourments de l'âme humaine, nous offre dans son 4e opus après le Procès de l'excès chez Queneau et Bataille ainsi que ses deux romans, Entrée dans la ville morte et Constance et la fugueuse, une nouvelle énigme.
Si les pistes sont apparemment faciles à élucider, on se heurte souvent, et dans l'hôtel d'O et dans le triptyque littéraire, à des réponses en forme de questions. Qui est qui ? se demande-t-on fréquemment.
Et dans le mystère contenu dans la personnalité trouble de O, réside sans doute un secret qui nous guide jusqu'à l'anéantissement de nous-mêmes.

Auteur : Corinne COLMANT
Titre : Bleu
Après son très beau roman, Ni du voyage, ni du paysage, qui embarquait le lecteur dans l’aventure magique d’une écriture, Corinne Colmant nous propose un recueil de vingt-deux nouvelles au titre polysémique : Bleu, la couleur éclatante de la peinture d’Eduardo, de la mer turquoise et des volets bleus des maisons méditerranéennes, mais aussi celle des hématomes psychiques et physiques qu’assène la vie, et que l'on retrouve dans ces nouvelles, à la fois légères et sérieuses.... Annie Forest-Abou Mansour

Auteur : Corinne COLMANT
Titre : Ni du voyage, ni du paysage
Ni du voyage, ni du paysage: Le titre reprend la première épigraphe tirée, comme la plupart d'entre elles, des poèmes d’Ève, une femme en morceaux, qui ne sait pas dire « je ». Le roman retrace l'histoire de Kurt, un écrivain en mal d'inspiration ; il découvre le journal de cette femme qu'il a aimée, et choisit d'en faire un roman. Les écrits d’Ève évoquent ses errances, quand elle parcourt le monde d'Est en Ouest et du Nord au Sud, à la recherche d'une impossible identité. Sa vie d'artiste, le théâtre et la musique, l’amènent du silence aux mots, de la poésie au récit. Ses rencontres amoureuses avec des hommes qu'elle a perdus, sa « chasse aux mâles », comme le dit Kurt, jalonnent sa révolte et sa quête chaotique de liberté.
Quand Kurt meurt, elle découvre son livre...

Auteur : Anne de COMMINES
Titre : D'étranges histoires rêvées par un livre
D’étranges histoires rêvées par un livre sinuent entre nouvelles et dialogues théâtraux. Anne de Commines monte et démonte les fictions, architecture mouvements et scènes et crypte des poétiques symbolistes. Une histoire d’amour en trompe-l’œil, des fluctuations inspirées, des souvenirs involontaires, des duos initiatiques en forme d’invocations, l’auteure produit des textes qui cartographient les songes et équilibrent les forces. Pour Anne de Commines, les rêves se respirent en attendant leur sujet. D’utopies réfléchies en solutions imaginaires, l’auteure devient l’intime de l'étrange.

Auteur : Oivier DE LACRETELLE
Titre : Les larmes d'or
Avec ce livre, Olivier de Lacretelle nous raconte la vie d’un homme à partir du décès de sa mère, chaos qui va l’amener à s’interroger. Voyage à la fois intérieur et extérieur pour mener à bien cette quête spirituelle qui agit en lui comme un aimant l’attirant vers l’absolu. Une galerie de personnages mais aussi de maîtres spirituels vont croiser sa route.

L’Inde et l’Afrique y apparaissent comme des lieux de quête et d’aventure extensibles, des lieux de délivrance et d’émerveillement.

Auteur : Hélène DUC
Titre : De cendres et d'écarlate
Regroupées autour d'une thématique commune, les figures de la femme dans la littérature fantastique, ces six longues nouvelles, nourries par les univers de Théophile Gautier, Edgar Allan Poe et Stephen King, vous proposent de partir à la rencontre de personnages féminins issus du folklore fantasmagorique européen, entre romantisme gothique et érotisme contemporain.

Tour à tour, troublantes victimes ou bourreaux voluptueux, les six femmes que vous allez découvrir sous la plume élégante et sensuelle de l'auteure, qu'elles soient sorcière, démone, vampire, ou bien encore métamorphe, vous fascinerons autant qu'elles vous inquiéteront.

Auteur : Michel-Olivier DURY
Titre : La vie comme ça
Avec cet ouvrage, Michel-Olivier Dury nous invite à lire deux histoires, tout d’abord celle d’un homme dans le milieu du travail de la fonction publique. L’emprise de ses supérieurs hiérarchiques qui frisent le ridicule l’amène à éprouver des états d’âme qui, paradoxalement, vont lui ouvrir la porte des souvenirs et de l’inspiration pour former en parallèle un second récit, celui de sa jeunesse.

Alors, au gré des entrées et sorties de ses chefs, l’auteur revoit ou réinvente son enfance et son adolescence émaillées d’aventures, de sentiments, d’expériences amoureuses homosexuelles tout en retenue. Il y a beaucoup de drôlerie et de tendresse mélangée dans ce livre qui amènera le lecteur à se revoir lui-même dans sa propre enfance ou jeunesse. Par moment on y sent le poids de toute une vie avec ses joies, ses regrets, ses hardiesses, mais on n’est jamais déçu.

Auteur : Michel-Olivier DURY
Titre : Rue du Chemin Vert
En lisant ce nouveau récit de Michel-Olivier Dury, le lecteur, comme avec son premier ouvrage La vie comme ça, retrouvera une part de lui-même par les émotions que l'auteur a su distiller tout au long du livre. Le héros qui est "je", en entrant en pension, va découvrir l'amitié fraternelle à travers deux autres pensionnaires, tout aussi émouvants que contradictoires l'un et l'autre.

Il va faire l'apprentissage de la vie, tant à travers le plaisir de l'étude que de la transgression, jusqu'à découvrir l'amour. Véritable initiation pour ce jeune garçon qui vivra des moments inouïs et qui le marqueront à jamais. Un vrai plaisir de lecture grâce au style de l'auteur tout en musicalité qui peut tous nous émouvoir.

Auteur : Pamella ÉDOUARD & Gaspare DORI
Titre : Lady Macbeth
La pièce Lady Macbeth interroge notre capacité à comprendre l’autre, celui qui est trop rapidement mis sur le banc des accusés. Tout y est raconté en puissance et en subtilité. Les sentiments humains, avec leurs instantanés d’orgueil, de cruauté, de lâcheté, sont le moteur de cette pièce dont la force réside dans sa brièveté intense et dans une écriture à la fois lyrique et réaliste, tenant en haleine le lecteur.

« Le texte de Lady Macbeth oscille ainsi entre reprise littérale de passages shakespeariens, tous fidèlement traduits, réécriture et libre réinterprétation dans une direction qu’on pourrait qualifier de féminine plus que de féministe. On retrouve ici la force des images, la présence obsédante du sang, des oiseaux prédateurs ou de mauvais augure, et de la tâche qui signe une culpabilité indélébile. »
- Extrait de la préface de François Laroque

Auteur : Sandrine-Jeanne FERRON-VEILLARD
Titre : Un homme avec elle-même
« En homme, il va au bout, il plonge, il sait aller loin. Sentir les battements du cœur dans son sexe. Cogner la paroi. Râper. Tenir fermement. Éventrer. Au fond c’est peut-être ça qu’il recherche. L’autre versant du dégoût. Il n’a jamais aimé pénétrer le sexe des femmes. En homme. Y faire entrer sa langue, son nez, sa bouche entière, sa mémoire. Boire, sucer, téter, c’est en femme qu’il affectionne le corps des femmes.
Changer son incarnation. Il change de sexe. Il change son prénom. Ses vêtements. Sa voix. Ses cheveux. Sa peau. Il change de métier. Il change ses amis. Révéler un corps nouveau, pas un autre mais le même, être le sien sous un autre genre exclut l’emploi du temps présent. Du courage, il lui en faudra, ce courage qui relie la vie à la mort et réciproquement. Sa famille encore vivante le renie, les morts aussi. »

Auteur : Sandrine FERRON-VEILLARD
Titre : 40 mètres carrés
J’ai envie de faire confiance. Comme une petite voix off
qui me dirait « fais-le ». Mon frère parle de prostitution.
Je crois entendre la voix de ma mère derrière moi. Je vais louer
mon bien pour de courtes durées. Pour le faire. Pour faire des rencontres.
Par curiosité d’abord, par jeu ensuite.
Parce que je n’ai plus le choix.


Sandrine Ferron-Veillard naît un 16 septembre
1975 à Lorient. Jadis libraire, écrit aujourd’hui,
parfois pour d’autres, voyage incognito. Quarante
mètres carrés est son premier roman.

Auteur : Hélène FOLIO
Titre : Qui êtes-vous Monsieur Je ne suis pas moi
Un homme dépossédé de lui-même, perdu dans les méandres de la maladie dévastatrice, sa femme abolie par une souffrance telle qu'elle ne parvient plus à se reconnaître vivante, un médecin séducteur sous l'emprise de son assistante sociale jeune, belle, hystérique et perverse.

Le titre même pourrait inciter le lecteur à croire qu'il va sombrer dans le pathos. Il n'en est rien. Le récit est illuminé par des éclats de bonheur, le souvenir des jours heureux, un amour charnel du vivant. Avec la maison pleine comme une femme gravide, les rires des enfants, le vieil oncle qui bat la campagne, les chattes douces et consolatrices, on pénètre dans le cœur fragile de la vie, la vraie vie cruelle et ensorcelante, habitée par le yoga, la danse et la musique.

Auteur : Jean-François FORESTIER
Titre : En passant par la Zad
L'histoire d'Alban D.., enseignant en littérature, la quarantaine, célibataire séducteur sur les sites de rencontres, qui voit sa vie basculer après un fait divers, alors qu'il cultive un projet d'écriture.
Sous la pression des évènements qui se succèdent en cascade dévastatrice, il optera, l'orage passé, pour un voyage insolite…
Comment redonner du sens à une existence brutalisée ? Il y a une solution, peut-être...

« Et face au soleil du jour où elle s’était postée, hasard de l’exposition, ou étais-ce elle qui avait attiré cette brillance, je vis, étonné et troublé, la déclinaison dans ses yeux de toute la gamme du vert au bleu : pers, turquin, outremer, turquoise, qui défilait selon les oscillations de la lumière oblitérée par le passage, fugace, des nuages. » (Extrait)

Auteur : FORESTIER Jean-François
Titre : La maison qui n'en finissait pas d'être à vendre
Avec ce premier roman, Jean-François Forestier fait vivre une maison corps et âme. C’est elle qui prend les rênes de l’histoire et nous parle à sa manière des personnages réels ou fictifs qui l’ont habitée. Le dernier propriétaire y décédera, laissant la maison en héritage et aux successeurs le droit de la mettre en vente.
La maison alors regarde, scrute l’environnement, accueille les visiteurs. Mêlant tragique et humour, l’auteur trace une histoire à travers cette maison qui pense, agit et subit les événements. Avec un style à la fois recherché mais non dénué de tendresse, ce livre ne peut que surprendre. Le lecteur pourra peut-être se reconnaître dans l’un des personnages, car l’auteur, la maison, n’a pas hésité à capter les protagonistes jusque dans leur part intime.

Auteur : François GATTEL
Titre : Contre-calque
Comme des îlots d’images que la mémoire automatique fait surgir. D’abord précis, l’attention les dissout pour ne plus garder qu’un contre-calque, une empreinte de ce qui fut. On a perdu la forme car le signe est effacé, mais le sens persiste comme une encre indélébile. Semblable aux frottages d’Henri Michaux, l’inconscient tient la main. La mémoire mise à distance est en réécriture.

« D’autres fois, c’est seul que tu nous quittais, comme il m’arrivait de déserter moi-même l’apparence, la convenance. Nous quittions ce qui nous avait aimantés puis rassemblés. Intimité de langage d’égaux désirs en miroirs. Pour se compromettre en mots dicibles, correctement audibles d’une société dont nous étions définitivement, et en dépit de cela, différents. Fallait-il se conformer aux rites familiaux du couple ? Certainement non. Mais la rue, la ville, les autres. Le regard des autres. Nos yeux parlaient chaque fois que possible dans de brefs dialogues. »
- Extrait

Auteur : Nadine GRANDEAU
Titre : A pas feutrés
Il faut choisir un pseudo. Elle pense alors à Lydienne, cette variante du jaspe noir. Lydienne commence comme Léa par un L. Elle télécharge une photo qu’un copain minéralogiste a prise dans son atelier. « Tu me fais penser à la chanson de Léo Ferré, avec tes petits seins… » Elle n’a qu’un seul copain, ce jeune homme.

Elle pose devant les vitrines du magasin. « Ils vont croire que tu as une sacrée collection ! » Ils rient. Leur connivence est totale. « Tu sais que les hommes ne pensent qu’à ça », ajoute-t-il . Elle n’a pas fait l’amour depuis deux ans. Elle se promet une chose : aller à chaque rendez-vous parée d’un bijou talisman de Léonie.

Auteur : Nadine GRANDEAU
Titre : Longtemps très loin
Dans ce roman d'écriture, Nadine Grandeau nous raconte des destins qui, sur plusieurs années, se croisent, fusionnent puis s'échappent pour en décrire les turbulences, part d'indomptable qui échoit à notre condition humaine.

Si la sexualité, avec ses vrais faux repères, avec sa beauté et ses transfuges est au coeur de cette histoire, les personnages nous renvoient avant tout à leur tendresse et à leur humanité.

Par la magie de son écriture, Nadine Grandeau atteint la profondeur tout en privilégiant la sensibilité des héros de ce livre qui savent lire à travers les parfums et les pierres comme pour nous délivrer d'autres messages, plus sensoriels.

Auteur : Nadine GRANDEAU
Titre : Trois chats
C’est en ressortant à l’air moins vicié que je le vis : assis sur une bassine renversée, le regard en direction de la porte de la cour, immobile, à l’écart des autres, blanc, à poils longs, mais si blanc, si beau que j’étais sourde à ce qu’elle me racontait. Il s’appelait Amar, griffait, mordait, était caractériel, méchant. La directrice du refuge le jugeait « inadoptable ».

Le Prince de ces lieux, pensai-je aussitôt.

Je me dirigeai vers lui très doucement. Il tourna la tête et me fixa d’un regard de chrysoprase qui me fit frissonner. Ce vert lagon, ce poil long calcite blanche, ce nez de quartz rose, c’était irrésistible, j’aimai d’emblée le seul chat parfaitement blanc du refuge. Un chat de conte de fées qui semblait avoir servi de modèle à l’illustratrice de mon enfance, Adrienne Ségur. Je pris quelques clichés avec mon téléphone portable. Il ne bougea pas. J’envoyai les photos sur la messagerie de Christophe, rangeai l’appareil dans mon sac. Je m’approchai doucement de lui, posai trois doigts à plat entre ses deux oreilles en lui parlant doucement, sans trop le fixer. Il se laissa faire. Il ne griffa ni ne mordit.

Auteur : Nadine GRANDEAU
Titre : Un brin d'écarlate
Dans son nouveau livre, Nadine Grandeau nous raconte une histoire qui nous touche par la profondeur qu’elle sait faire naître à la surface des émotions, puis doucement elle nous entraîne plus loin au-delà de ce que nous sommes ou croyons être grâce à la magie de son style.

Alain, quarante ans passés, souffre d’un handicap. Son père décède brutalement. Peu après il découvre le manuscrit d’une patiente de ce père qui était chef de service au CHU de Clermont-Ferrand.

Auteur : Axelle GUILMAULT
Titre : Les histoires d'If
Avec ce texte, Axelle Guilmault endosse la peau de sa chienne, If, qui nous parle de sentiments, d’émotions. Le lecteur, surpris de prime abord, tombe ensuite sous le charme du récit qui, malgré les apparences, est loin de tout anthropomorphisme. Plein d'humour ce livre nous enseigne, à nous humains, que les animaux ont droit à tout notre respect, à toute notre attention. L'auteure nous transmet ce que sa chienne a sur le cœur, comme un double langage, à savoir que c'est elle peut-être qui se sent animal et non l'inverse. Les joies et les agacements de la chienne If ne sont que les prolongements de nos attentes envers les autres humains. Mais plus simplement, If nous fait savoir parfois par des stratagèmes toute l'affection quelle porte à "ses humains". Tout comme nous, elle a ses humeurs, ses préférences et n’hésite pas à montrer les dents s’il le faut. Elle aime la bonne cuisine, se lie d’amitié et adore poursuivre les chats...

Auteur : Jean-Louis GUITARD
Titre : Antibes... Antibes...
Avec ce troisième ouvrage paru aux Editions Unicité, Jean-Louis Guitard clôt ainsi le récit de ses souvenirs. Il émane de cet ouvrage une poésie constante ancrée dans le réel à laquelle se joint l'émotion. L'auteur a le don de s'adresser au lecteur par la voie du cœur qui est à la fois simple, emprunte de générosité tout en faisant appel à nos propres souvenirs. Jean-Louis Guitard met en mots les ressentis de son passé à Antibes non sans interroger le temps, la mémoire.
C'est un peu comme s'il nous avait mis en musique tout cela et créé une chanson émouvante, celle des souvenirs liée aux personnages et à l'amour.

Auteur : Jean-Louis GUITARD
Titre : L'éternel été
Rares sont les auteurs qui parviennent à nous émouvoir par le récit de leurs souvenirs de jeunesse. La nostalgie qui s’en dégage et les mots qu’il choisit sont comme autant de leviers d’émotion. Jean-Louis Guitard a su faire revivre les événements et les personnages de ce temps passé au cap d’Antibes à contempler la mer et courir les filles comme pour nous faire du bien. L’auteur n’a pas cherché à rentrer dans la psychologie des personnages mais plutôt à nous restituer l’essentiel par un souvenir précis qui, à lui seul, va déclencher ce “quelque chose“ qui est au-delà des mots et qui parfois nous renvoie justement à nos impressions de jeunesse. Ce livre, à sa manière, est un chef-d’œuvre de sensibilité.

Auteur : Jean-Louis GUITARD
Titre : Quatre ans et la guerre
Avec ce livre tout en verticalité, Jean-Louis Guitard nous donne à lire un texte où l’image, les détails apparaissent comme autant de visions brèves, d’impressions de souvenirs. C’est un enfant de 4 ans qui raconte la guerre ou plutôt « sa » guerre. Derrière les mots qu’il ne prononce pas, se cachent bien sûr des vérités plus grandes et des faits historiques. Ce livre apparaît alors comme une incursion dans ce qui lui reste de mémoire, et donc dans ce qui lui reste de sincérité. En ce sens ce livre est magnifique parce qu’indirectement il nous parle aussi d’oubli. Le texte nous parvient non pas en bribes mais par petites touches de souvenirs, comme des flash qui lui reviennent et qui provoquent chez le lecteur une sensation de réel très forte.
Jamais la guerre n’a été racontée de cette façon. Jean-Louis Guitard a écrit cet ouvrage avec son cœur et non sans une certaine tendresse envers ceux qui ont croisé sa vie à ce moment-là. Sans en dire beaucoup et avec beaucoup de silence, il a peut-être écrit aussi un livre d’amour...

Auteur : Ludovic HARY
Titre : Cette fleur silicienne
« Il faut répondre. Répondre aux enfants. Leur pourquoi, sinon, renversera les assises du monde. »
La station balnéaire de Nissanseville voit sa plage disparaître en une nuit. Les grains d’or étaient fameux dans le monde entier pour leurs huit nuances de jaune, et l’octave musicale qu’ils produisaient dès qu’on posait le pied dessus.
Gertrude, inspecteur de police, est dépêchée sur place pour mener l’enquête. A l’instant où elle rencontre Jetzt, le maire de la commune, une clameur s’élève depuis la rue. C’est une manifestation d’enfants, deux cents, trois cents, des milliers peut-être, menée par une adolescente de douze ans, Reva, assistée de deux garçons, Theo et Tanir.
– Rendez-nous la plage, scandent-ils.

Auteur : Ludovic HARY
Titre : Le premier jour, société secrète
« Où en êtes-vous avec l’autre ? À cette question, nous répondrons ou plutôt, vous commencerez de répondre vous-même sur votre vélo, en chemin, vous serez seul ou seule en selle le premier jour, de l’aurore jusqu’à seize heures de l’après-midi au moins. Partez d’où vous vous voulez mais ne roulez pas au-dessous de cent vingt kilomètres durant ce premier jour. Nous nous retrouverons, tous et toutes, au point de rendez-vous : La Ferté-Hacquise. Sur place, vous passerez les trois épreuves avec la personne de votre choix, premièrejouriste elle aussi. À bientôt. Les premiersjouristes.»

Auteur : Ludovic HARY
Titre : Les fuites de Greg Men
« Le dundee met cap vers le large, son foc comme une pelle à tarte dans la brume. Des goélands pansus lui font un carrousel d'ailes et de cris portés par la brise. Leur flair ne trompe pas. Le thon est là en esprit quoique le bateau ne serve plus comme chalutier depuis mars. À dépasser le phare de La Vieille, les fesses même des plus aguerris se serrent toujours. On ferme sa gueule et le mousse parcourt l'une des deux Bibles embarquées à bord.
– Ludec, tu crois qu'à notre retour sur l'île, seul ton chien te reconnaîtra ? »

Auteur : Jean HAUTEPIERRE
Titre : Le meurtre de la tour de cristal
L'empire de Trézène, à l'époque où se déroule ce récit, décline et se réduit depuis des décennies à une ville assiégée. C’est au sein de cette existence chaotique et crépusculaire, sur laquelle règne la fièvre obsidionale, que survient le Meurtre de la Tour de Cristal.

Théobald de Thunn obtient le droit d'enquêter sur cette affaire qui suscite le plus grand embarras dans les sphères dirigeantes, pour des raisons peut-être inattendues. Outre les moyens les plus classiques, il déploie au service de sa recherche son art dans le déchiffrement des prophéties, tâche toujours inachevée qu'il poursuit sur les pas d'innombrables prédécesseurs.

Auteur : Florence ISSAC
Titre : Les mensonges
Je ne sais si c’est un dieu, un démiurge ou un diable, qui me fit dériver et entrer tout droit dans ce labyrinthe aux confins de l’enfer et du paradis. Pourquoi le fil de ma vie s’est-il déroulé ainsi ? Qu’est-ce qui m’avait amené à ce jour sur le chemin de ma métamorphose ? Peu importe ! Le sentiment d’avoir atteint la lumière m’éblouit chaque jour un peu plus fort. Et l’envie me prend de vous narrer l’histoire telle que je me la rappelle.
- Extrait de la nouvelle "Au parc"

Auteur : Jean-François JACQ
Titre : Fragments d'un amour suprême
Lire Jean-François Jacq, c’est entrer vivant dans une histoire à la fois dense et tout en retenue, qu’il a vécue de plein fouet et qu’il a su ériger en oeuvre littéraire. Deux hommes de milieux très différents, mais chacun avec des cassures, se rencontrent et s’aiment jusqu’à ce que la mort les sépare. L’auteur, tout en nous faisant part de ses émotions avec justesse, nous amène à une profondeur d’analyse que porte une écriture qui ne lâche rien à la facilité mais au contraire nous interroge. Un récit autobiographique que l’auteur parvient à nous faire partager avec son humanité. En lisant ce texte, le lecteur sera comme suspendu au temps. Il devra s’approprier ce livre, il devra le lire comme s’il allait chercher la vérité qui permet parfois ce déploiement en soi, laissant alors les choses venir avec une sincérité crue.

Auteur : Éric KATZ
Titre : Le vide
« Ça prévient pas quand ça arrive, ça vient de loin. Ça s’est traîné de rive en rive, la gueule en coin. Et puis, un matin au réveil, c’est presque rien, mais c’est là ça vous ensommeille au creux de reins. Le mal de vivre. Le mal de vivre ! ». Comme des larmes aux paupières au jour qui meurt, au jour qui vient, la longue dame brune aux yeux en amande. La longue ténébreuse entonnant, comme une berceuse, son mal de vivre au fil de mes nuits. La gueule en dérive de coin en coin qu’il faut bien vivre, vaille que vivre. Emmitouflé jusqu’au col dans ce long manteau de tristesse et de mélancolie, mon mal de vivre comme un cancer intérieur. Virgule, point-virgule, point, comme les étapes d’une lente agonie. Où sont-ils donc passés tous ceux qui n’en sont pas revenus du mal de vivre. Au fil de mes respirations, tout seul dans le silence d’une nuit discontinue, virgule, point-virgule, point, comme les stigmates d’un vide qui n’en finit plus. »

Auteur : Estelle KEGUINER
Titre : À quelle heure je suis mort
Écrire sur la mort du père est un choix personnel et à la fois littéraire tant ce sujet implique que les sentiments et les émotions y soient déployées comme autant de parts d'intimité.
C'est avec une écriture tout en retenue qu'Estelle Keguiner nous emmène dans la description des derniers jours de son père. Avec pudeur, chaque situation est décrite pour nous nous renvoyer à l'essentiel. En ce sens on peut dire que ce livre est bouleversant parce qu'il raconte avec la simplicité du cœur une situation complexe. Perdre un père qui vous a aimé c'est perdre une part de soi et traverser cette épreuve relèverait presque de l'épreuve initiatique à laquelle nous avons été ou serons un jour confrontés. Le deuil fait partie de la vie et c'est une épreuve que l'auteur a surmontée ou vécue grâce ou par l'écriture.

Auteur : Martine LADY DAIGRE
Titre : Lettres fatales
Avec ce nouveau livre, Martine Lady Daigre signe là un roman qui ne laissera personne indifférent. Tous les ingrédients sont ici réunis pour que, au fil du récit, le lecteur demeure dans une attente, celle de découvrir ce qui a pu pousser Pierre Armand à commettre deux crimes et à préparer son troisième. Quel rapport entre ces deux meurtres dont les victimes n’ont a priori rien à voir entre elles ?
Les deux policiers chargés de l’enquête, le commandant Dorman et le lieutenant Duharec, ou les deux D comme on les appelle dans le service, parviendront-ils à découvrir des indices. Un lien va bientôt les mettre sur la piste, un mot que l’on retrouve chez chaque victime.
Dans ce roman, l’auteur a su mêler l’intrigue et donner de la force à ces personnages jusqu’à créer une certaine intimité entre eux. Mais il y a aussi le style de l’auteur à la fois précis et non dénué d’émotion qui provoque chez le lecteur l’irrémédiable envie de découvrir la clé qui relie le criminel et ses proies.

Auteur : Chantal LE BOBINNEC
Titre : L'Arlequin
À l'égard de ses amis, le proverbe « Qui aime bien, châtie bien » définit au mieux l'attitude de La Bobinne… Fidèle à elle-même, dans L'Arlequin Chantal n'hésite pas sur les qualificatifs que lui inspire Jean-Paul : « gros plouc », « grossier personnage », « l'Arlequin » because son goût pour les vêtements à carreaux, « radin », etc. Nonobstant ces amabilités, l'Arlequin l'attire parce que, à l'instar de Gen Paul quoique d'une façon bien différente, il est un personnage haut en couleur, une figure, quoi !… Et aussi, Chantal l'avoue-t-elle en bis repetita, nous en apprenant de belles sur elle : « Les histoires de fesses m'ont toujours fascinée », et, sur ce point, histoires et salades avec les femmes, Philopèze en a à revendre !…
- Claude Dubois

Auteur : Michel LECORRE
Titre : La bataille des mouches à feu
Avec ce deuxième roman, Michel Lecorre a écrit une œuvre magnifique qui ne se calque sur aucune autre, ne rentre pas dans un genre particulier, se situe sur son propre terrain d’influence : l’aventure, la découverte de l’autre, la présence de l’intime.

L’auteur nous livre une histoire à la fois extraordinaire, par les mouvements de rencontre entre les personnages, puis par la fascination du jeune Ben pour une nature grandiose qui se prêtera à sa découverte de la chasse et plus particulièrement du piégeage. Roman métaphysique qui retranscrit, au sein des grands espaces sauvages, toute la vie intérieure du héros aux prises en parallèle avec sa passion pour la boxe thaï et ses questionnements autour de sa virilité.

Auteur : Henri-Hugues LEJEUNE
Titre : Chroniques américaines
Avec ce nouveau livre Henri-Hugues Lejeune dresse une peinture des milieux intellectuels de l’Amérique des années 70 et 80 comme de la « society » évoluant dans l’aquarium new-yorkais.
L’auteur s’y attache avec un regard acéré dont la finesse, très française, donc un peu voltairienne, décèle tant les travers que les charmes dans cette danse de relations tumultueuses aussi puritaines que parfois libertines qui entraînent ses protagonistes, Norman Mailer et Mary Mc Carthy mèneront le bal, racontés d’un peu plus près.
Qu’ils se prennent au jeu des personnages et laissent transparaître dans le récit une nostalgie de cette époque c’est évident, encore l’auteur se garde-t-il de juger.

Auteur : Henri-Hugues LEJEUNE
Titre : La vie inimitable
Avec ce recueil de textes de genres différents, Henri-Hugues Lejeune dévoile toute l’étendue de son talent. À merveille, il nous fait sentir que les souvenirs agissent comme autant de pouvoirs en nous qui exercent une fascination constante sur notre vie en cours.
Mémoire de l’enfance ou liée à son passé de diplomate, les histoires et anecdotes s’enchaînent avec toujours cette note ou remarque profonde qui chez lui crée le style, et donc engendre l’écrivain.
Henri-Hugues Lejeune connaît la littérature et le prouve à travers ses écrits. C’est peut-être là son secret.

Auteur : Monique LEROUX SERRES
Titre : Cendre et rosée
Monique Leroux Serres, imprégnée par son enfance dans la campagne mayennaise, écrit des récits, des journaux et de la poésie, s’appuyant souvent sur des formes littéraires japonaises comme le haïku ou le haïbun.
Ce nouveau récit se présente sous la forme d’un triptyque : après avoir grandi en Mayenne, l’héroïne Mariette se trouve projetée au Japon juste après l’explosion atomique d’Hiroshima. Gravement bouleversée, elle sera soudainement tirée de son acédie par un court poème de Ryokan. Elle se remet alors en route pour en savoir plus sur ce poète, sur sa vie et ses écrits.
Mariette, en recherche d’un sens à la vie, va questionner deux figures de la mystique : l’une chrétienne, avec Céneré, ermite légendaire de la Mayenne du VIIe Siècle, et l’autre zen, avec Ryokan, le moine ermite japo- nais du XIXe siècle, grand poète et grand calligraphe. Le lecteur découvrira que Céneré et Ryokan ont moins de différences qu’il n’y paraît.

Auteur : LIZA
Titre : La Cantine littéraire
Avec La Cantine littéraire, Liza nous emporte dans une histoire où les lieux et les rencontres semblent chaque fois attiser des passions enfouies. Quel rapport entre le théâtre, la littérature, la cuisine et la Grèce, c’est ce que nous explique ou nous fait entendre ce livre captivant. Un texte qui est comme une succession de pages ouvertes aux émotions à la fois simples et profondes. Avec cette auteure, la littérature redevient ce qu’elle n’aurait jamais cessé d’être : une histoire pleine de surprises, de situations qui se suivent ou s’enchevêtrent grâce au pouvoir des mots. La narratrice, L, est femme de générosité absolue. C'est un voyage gastronomique qui emporte le lecteur jusqu'en Grèce, un parcours littéraire aussi et des rencontres inattendues, rêvées peut-être... Un roman qui nous donne envie de rester là dans une douceur nostalgique sans que l’on puisse vraiment savoir pourquoi.

Auteur : Frédérique LOMBARD MOREL
Titre : Demain? Toujours Demain!
Qui mieux que Frédérique Lombard Morel pourrait nous décrire l’histoire d’une jeune femme, Isadora, aux prises avec un amour éprouvé par l’attente et les promesses, qui l’amène à ne plus être elle-même.
Sa vie faite d’éloignements et de rapprochements successifs, où les émotions retenues, parfois inavouées, offrent autant de couleurs subtiles à ce récit.
Une mère acariâtre et jalouse, des frères haineux et un père disparu trop tôt qui l’a trop aimée plantent le décor familial.

Auteur : Frédérique LOMBARD MOREL
Titre : Devant ma porte ! Jeter du sel…
Devant ma porte ! Jeter du sel.

On peut rire de tout, mais pas avec n'importe qui.

Tu n'étais pas n'importe qui. Je t'avais enfanté dans la douleur.
Je t'avais porté pendant plusieurs années en souhaitant ta mort avant la mienne.
Je t'avais bousculé, rejeté. Malgré tout, parfois tu m'avais fait rire.

Un jour ! Tu avais disparu et je m'étais sentie abandonnée et seule.
Je ne savais pas si tu reviendrais.

Je ne le voulais pas et je ne t'attendais pas.

Auteur : Frédérique LOMBARD MOREL
Titre : l'hôtel des passants
À d'autres moments, je ne m'aimais pas. Je rentrais le cœur lourd, un poids dans l'estomac. Je n'imaginais pas que mes seules relations amoureuses ne seraient faites que d'occasions.

Je ne trouvais pas le juste milieu, je touchais l'extrême pour m'émanciper et exorciser les contraintes dans lesquelles j'avais été élevée.

L'ennui, l'angoisse, la peur jusqu'au désespoir occupaient mes pensées et me nouaient la gorge.
Je faisais l'amour, mon corps réclamait.
Je sentais encore les caresses en rentrant, avec mon cœur inassouvi.

Auteur : Toinon MAGUEREZ
Titre : La fille du camion
La fille du camion, c’est beaucoup d’amour pour des personnages bizarres.
Il y a là le Grec et sa vedette de luxe, Jim le squatter amoureux de Raph, la fille du camion, le petit Erwann fou de théâtre, sœur Adèle de retour d’Afrique, dans son parc où avant il y avait la mer, un vieux marin black sur son vieux rafiot pourri, le couple mal assorti de retraités, la tenancière du bistrot dont les clients sont l’unique famille…

Une chronique douce amère où la vie s’organise autour du café le Colbert, sur le port de commerce de Brest, par un hiver particulièrement rude.

Auteur : Toinon MAGUEREZ
Titre : La petite Afghane
Dans ce roman, Brest n’a jamais été racontée de cette manière. L’his- toire se situe sur le port avec ses personnages : ceux d’abord enracinés dans la ville, qui fréquentent le café le Colbert comme s’ils y trouvaient une seconde famille. Puis les autres, ceux qui vivent en marge dans un squat près des HLM.
Un jour la mairie devra faire évacuer le quartier car une bombe datant de la Seconde Guerre mondiale a été découverte. L’occasion pour tous ces personnages de vivre une autre histoire et de se mélanger ou même que ressurgisse à leur insu un passé douloureux : Jim, squatter et ancien de l’Afghanistan, qui a reçu l’ordre de tuer une petite Afghane qui allait se faire exploser ; sœur Adèle qui devra expliquer la mort aux enfants qui croient aux fantômes et, bien sûr, le petit Erwann, mais les autres aussi...
On ne vous en dira pas plus, parce qu’il faut lire ce livre plein d’émo- tions et de tendresse comme si on regardait un film...

Auteur : Toinon MAGUEREZ
Titre : Partir dit-elle
Par un concours de circonstances, je me suis retrouvée à Brest, seule, avec le RMI. Mon univers s’est écroulé. Il m’a fallu m’adapter. J’ai marché, beaucoup. J’ai découvert des lieux, des gens, des histoires.
C’est de ces rencontres qu’est né mon roman, où, partant de la réalité, j’ai imaginé des personnages et leurs récits de vie, dans ce dernier port romantique qu’est le port de commerce de Brest. On y croise une factrice de Bréhat en retraite, un squatter, une traveller, un Grec, un Ivoirien, une bonne sœur qui conduit une quatre L, un navigateur, une prof, un marin russe... Il y a aussi un bar, le Colbert, un catamaran de course, une vedette de luxe et des enfants qui adorent le théâtre et le cinéma.
Fermez les yeux, rouvrez-les, vous y êtes, sur le port de Brest ou à Bréhat, mon amour d’île...

Auteur : Suzy MALTRET
Titre : Mademoiselle
... Le père regardait, en fumant, ses trois femmes, et la mère se sentit complice de ses filles. Un instant elle oublia les soucis qui viendraient avec la rentrée. Il lui faudrait expliquer à Mademoiselle le handicap d'Angèle, la raison pour laquelle elle ne pourrait participer au cours de gymnastique. Mais Mademoiselle était femme, professeur et directrice, elle comprendrait. Et puis la petite Angèle, malgré son handicap, était bonne élève et avait remporté avant les vacances le prix d'honneur de sa classe. Cette différence ne l’empêcherait en rien d'étudier. Elle serait attentive au cours de ses professeurs, peut-être plus que les autres. Il suffirait de quelques semaines pour qu'elle s'adapte. Françoise était allée chez le Familistère qui venait d'ouvrir à Huelgoat et avait posé sa candidature pour un emploi. Elle apprendrait. Et puis deux pensionnaires ça coûte ! Ils en avaient parlé avec Henri. Et pourquoi pas le permis de conduire ?...
- Extrait

Auteur : Mohsen MARASHI POUR
Titre : Au-delà de mes pensées
À travers ce conte philosophique, Mohsen Marashi Pour, jeune écrivain iranien francophone, nous raconte l’histoire d’un homme, un philosophe, qui est libéré de prison. Peu à peu, à travers son périple d’homme apparemment libre, des sentiments l’assaillent comme sous l’effet d’une prise de conscience.
Une vision s’offre à lui : il voit le monde des hommes sous la forme d’ombres. Il regarde tout ce qui vit autour de lui avec une acuité à la fois de philosophe et de sage, et la volonté de réconcilier ces deux positions.
Dans ce livre, le narrateur, bien qu’inspiré par le taoïsme et le soufisme, tente de dépasser tous les concepts en choisissant une autre voie, celle de l’observation neutre dans le laisser-être, fondée sur l’unité de l’essence en toutes choses.

Auteur : Ariel MARINIE
Titre : Fantaisie en zut majeur
La Princesse Neige. Une femme part à la recherche de la neige, disparue depuis longtemps. Sa quête la conduit dans des pays où les noms de villes se terminent par « berg », « stad », « sund », ou encore « insk », « ensk », « ansk », « grad » ou « gorod », et où les gens aiment l’hiver. Une nouvelle aux couleurs chatoyantes réminiscent de la magie du folklore russe.

La Maison et le savant. Une vieille maison délabrée, risée de ses voisines de rue plus fortunées, voit son destin métamorphosé lorsqu’un savant fantasque la remarque et la fait rénover pour s’y installer. Peu accoutumée à tant d’attentions, la petite maison s’éprend de son sauveur. Commence alors entre eux un dialogue dont le savant, dans sa distraction, ne s’aperçoit pas qu’il a quelque chose de surnaturel.

Auteur : Ariel MARINIE
Titre : Le Chat a créé Dieu à son image
Une histoire d’amour fusionnelle entre une chatte tyrannique et sa mère adoptive et domestique humaine. Avec, en filigrane, une fable qui dénonce sur un mode drolatique les effets dévastateurs de l’activité humaine sur la planète et les rapports souvent frustrants entre les femmes et les hommes. Un univers singulier où l’on glisse de façon insidieuse du réel à l’imaginaire, où une chatte enamourée chante le Cantique des cantiques à l’élu de son cœur, où les bancs philosophent, où des chats errants revendiquent des passés fabuleux, où les papillons ont une âme, où un ego se dissocie de la personne qui l’héberge pour se livrer à d’étonnantes facéties, où l’on sourit, où l’on rit et où l’on pleure. Sous la fluidité rythmée de la narration et les jeux de style, un texte élaboré qui se lit à plusieurs niveaux.

Auteur : Blandine MASSINOT
Titre : Liens
Et si une jeune femme débraillée surgissait dans un commissariat parisien en plein milieu de la nuit…
Si elle prétendait avoir assisté à un enlèvement sans pouvoir préciser où ni comment.
Si cette femme poursuivait en affirmant que la personne kidnappée était en train de se faire agresser sexuellement.
Et si elle racontait tout cela parce que les violences éprouvées par la victime se répercutaient sur son propre corps.
Si enfin Clarisse expliquait posséder un don : celui de voir les liens invisibles qui unissent les gens.
Et si un policier bourru, devenu au fil des ans plus une fonction qu’un homme, si le commissaire Marlin finalement voulait bien la croire…

Auteur : Rose-Marie MATTIANI
Titre : Le soleil à travers une passoire
Parcourir le texte de Rose-Marie Mattiani, c’est déjà un chemin d’apprentissage qui nous confronte à une certaine forme de modernité. Ce roman quitte la forme traditionnelle du récit et trace sa route en dehors des règles de la narration psychologique pour nous convier à lire autrement en intercalant vers et prose.

Écrit d’une seule respiration comme un recueil de poèmes, d’un souffle qui donne plus de liberté au lecteur, qui laisse à penser que les mots c’est la vie et que la vie nous amène à déployer le souffle des mots. C’est en tout cas ce souffle qui compose ce texte à la fois libre, serré et homogène.

Auteur : Michel MIDAN
Titre : Un grand départ
Il se leva, un après-midi, erra un moment dans la chambre, remettant de l’ordre çà et là. Et puis il passa dans la salle de bains.
Dans le miroir, il reconnut avec un choc un visage aux traits nets et pétrifiés, qui le regardait fixement.

On avait changé les rideaux de mousseline.
Un son de cloche dans le lointain.
De son lit, il avait dû voir tomber la neige, mais elle lui parut être là naturellement, tant elle était lisse.
Tout était immobile, parvenu à sa forme dernière, le ciel raccordé à la terre, un brouillard blanc parcouru de corpuscules qui montaient et descendaient comme des ludions, le soleil pulvérisé.
On ne sentait pas entrer l’air, mais il baignait les poumons comme une eau glacée qui écorchait les muqueuses.

Auteur : Gregory MION
Titre : L'Amérique cinquante et des poussières
On prétend volontiers que tout est possible aux États-Unis et que le rêve américain fonctionne encore à plein régime. Mais c’est une opinion qui semble fragile depuis l’effondrement de la finance et la multiplication des crises sociales. Les Américains sont devenus des résistants magnifiques après avoir été les conquérants de la liberté et du bonheur. On dirait maintenant que ce sont les événements qui prennent les décisions à la place des individus. Les cœurs battent plus vite parce qu’ils ont peur et non parce qu’ils sont excités par de grands projets.

Auteur : François MOMAL
Titre : Austin TX, Central Time
Marc est accueilli par Jerry à l’aéroport national d’Austin, Texas. Jerry conduit Marc à son motel où une chambre lui a été réservée. Pour Marc c’est le choc du Réel entre Paris et Austin TX, mais petit à petit il se met à aimer ce nouveau continent et ce temps plat qui s’étale dans toutes les directions. Rien à voir avec le temps parisien, rapide et orienté. Cédric lui aussi débarque à Austin. Malgré un racisme encore tenace dans les États du Sud des États-Unis, Cédric l’Antillais a tenu à accepter cette mission au Texas. Marc, Cédric, deux exilés pour une durée indéterminée, et Jerry, leur hôte américain, vont être amenés à travailler ensemble sur un projet confidentiel. Est-il besoin de se décentrer à l’autre bout du monde pour se trouver ? L’espace et le temps donnés à profusion au cœur du Nouveau Monde seraient-ils les ingrédients nécessaires à une liberté retrouvée ?

Auteur : Jeanne MORISSEAU
Titre : À l'est
Ce livre est un récit qui, sans rien imposer, marque les esprits par sa puissance évocatrice et sa capacité à nous surprendre par son style enchanteur. À chaque paragraphe, le lecteur pressentira des forces de vie déchirantes. Traversée des apparences ou jeu de miroirs composent cette œuvre en quête d’absolu. Sentiments insaisissables, émotions et présence au tout se mêlent comme pour mieux trouver dans l’épuisement ce nouveau socle qui mène à la lumière.
Un amour fou avec ses obsessions multiples fait jouer le corps entre apaisement et pulsions de chairs tristes et joyeuses. Une exploration qui ne peut laisser indifférent tellement elle nous interroge et nous rend peu à peu, au fil des pages, partie prenante de cette folie qui tout au long du livre guide l’écriture dont la force, paradoxalement, réside en une parfaite maîtrise.

Auteur : Jeanne MORISSEAU
Titre : Mauve avant
Avec ce nouveau livre, Jeanne Morisseau nous conte des histoires parallèles de femmes qui s’entrecroisent. C’est un roman sur la création qui implique l’amour, la recherche d’un absolu toujours en chemin. Les doutes et les sentiments sont comme autant de leviers pour nous donner à voir ou à ressentir entre douceur et violence ce qui nous amène à accompagner Grace, Mauve, Morgane et les autres dans leurs pérégrinations intimes. La force de ce récit réside dans la compréhension et la description des émotions qui agitent les âmes jusque dans la dérive des passions tantôt contradictoires tantôt en osmose avec l’être. Un livre sur la quête du sens qui peu à peu fait sens en nous, lecteurs.
Il faut lire ce roman qui nous envoie comme des flagrances d’ins- tants de vie et leurs beautés. Mauve est à la fois l’héroïne, l’œuvre incarnée de la narratrice ainsi que toutes les femmes qui vivent en elle et qui tissent la toile grandiose de ce récit dont le style est jubilatoire.

Auteur : Patrice MOSCA & Marcel BAGNOLE
Titre : Hôtel des Gaules
Un hôtel en face de la gare du Nord accueille les êtres les plus étranges de la France et d’ailleurs, à la dérive entre Paris et le reste du monde. Dans ce sas de la capitale, les histoires les plus ahurissantes se déroulent jour après jour, mois après mois, année après année : une arrestation de trafiquants d’armes, un porc pensionnaire puis otage de l’hôtel, un sort qui se retourne contre ses auteurs, une nonagénaire qui fugue au casino d’Enghien, des descentes de braqueurs et de casseurs, une escroquerie internationale menée depuis la réception de l’hôtel, l’intervention d’un gang de nains…

Auteur : François MOURELET
Titre : La machette rouge
L’auteur
Né en 1952, François Mourelet a longtemps navigué sur des voiliers avant de devenir journaliste. Il fut aussi professeur, collabora aux Nouvelles Littéraires et se lança dans diverses aventures éditoriales. Il a toujours pensé qu’il fallait vivre des choses extraordinaires pour avoir à raconter un peu plus que l’ordinaire.
François Mourelet explore avec humour les méandres de la dépression, de la schizophrénie ou de la folie meurtrière. Par son style à la fois précis et nuancé, il suscite des sensations inhabituelles, des émotions étranges. Le lecteur alors devient voyeur et, peut-être, complice des meurtriers.

Auteur : Clément N.
Titre : L'assassin des brumes
Qui a pu assassiner Sylvestre Delpeau lors du mariage où étaient réunis ses « amis » ? Et surtout dans quel but ? Tout cela paraît absurde, incroyable.
C’est pourtant cette énigme que devront résoudre le commissaire Danes et sa sulfureuse collaboratrice Léa, en découvrant peu à peu la vie et les secrets des suspects, leurs non-dits, leurs rancœurs, leurs espoirs déçus. Et les rapports, parfois invisibles, qui les lient entre eux.

Avec ce roman, l’auteur se livre à un jeu de pistes dont il a le secret. Il mélange avec l'art du suspense les scènes intimes de ses personnages en n'épargnant les secrets et les petites névroses de personne. Le commissaire Danes et son amie Léa ne seront pas plus épargnés que les protagonistes de l'histoire qui, dignes d'un roman d'Agatha Christie, se verront confrontés à la possible culpabilité de leurs proches. Jeux de miroirs, faux indices, émotions culpabilisantes contribuent à cette brillante mise en scène. Danes ne devra pas faire de faux-pas pour démasquer le véritable assassin… qui, au fond, est là. Tout près de lui.

Auteur : Clément N.
Titre : Virginia
Un week-end entre amis et puis... des meurtres. Le commissaire Danes et son amie Léa, une fois de plus, vont faire équipe pour mener tambour battant l’enquête jusqu’au dénouement final, inattendu. Clément N. a su nous dresser le portrait de personnages, suspects potentiels. Qui est le meurtrier? Un serial killer, certainement pas. Les motifs du tueur se cachent dans les tréfonds de l’âme humaine. Enfin, des indices apparaissent et vont parler de manière surprenante.

Auteur : Clément NAVA
Titre : L'Homme sans valise
David Spacey, jeune comédien qui passe le plus clair de son temps chez lui, voit s’installer un nouveau locataire, juste au-dessus de son appartement. Seulement voilà, le locataire semble bien mystérieux. David ne l’entend pas et ne le voit presque jamais. Personne dans l’immeuble ne semble, d’ailleurs, être au courant de son existence. Intrigué, David cherche à en savoir plus.
Mais sa curiosité va vite tourner à l’obsession, au plus vif désarroi de sa femme Sylvie. Que fait de ses journées le nouveau venu ? Pourquoi s’est-il installé ici ? Que sait-il exactement au sujet de la famille Spacey ? Obnubilé par cette quête de vérité, David devra aller jusqu’au bout de ses limites et de ses peurs afin de découvrir le secret de celui que Sylvie appelle l’homme sans valise.

Auteur : Etienne ORSINI
Titre : A l'ouest, bien à l'ouest
À l’ouest, bien à l’ouest... Puis vous continuerez tout droit et saluerez de notre part les personnages plus ou moins fréquentables que vous rencontrerez au fil de ces pages insolites : Don Juan sur le retour, savant imbu de son grand S ou plombier de légende... Des nouvelles singulières à la lisière de l’absurde et du fantastique.

« Ma protestation s’avéra bien inutile car l’autre avait disparu. Je pestais intérieurement contre le malotru quand mon reflet dans une vitrine se chargea de m’annoncer la terrible nouvelle : je venais de perdre une jambe et appartenais désormais à la catégorie tant décriée des culs-de-jatte ou assimilés. Que l’autre m’eût volé ma jambe, cela ne présentait pour moi aucun doute. Hélas, que pouvais-je bien faire pour le retrouver ? L’idée d’aller porter plainte au commissariat le plus proche me prit d’assaut. Je décidai de me remettre en marche. Curieusement, non seulement, je ne rencontrais aucune difficulté à me mouvoir, mais je me sentais au contraire bien plus léger, comme si, en me subtilisant ma jambe, on m’avait délesté d’un poids insoupçonné. J’avais le sentiment de voler au-dessus de cette foule qui n’était constituée cependant que d’obstacles. Jamais, depuis longtemps, je ne m’étais connu d’humeur aussi badine, à tel point que j’en aurais oublié et ma récente amputation et mon intention de déposer plainte, si un cri, le plus perçant qui fût, n’avait mis la foule en lambeaux. Comme un seul homme, celle-ci, et moi avec, se tourna dans la direction du cri. Une jeune fille aux cheveux de lionne montrait, de son bras gauche, l’absence de son bras droit. »
Extrait de la nouvelle À la gomme

Auteur : Bojenna ORSZULAK
Titre : L'adieu au corps
Avec ses nouvelles, l’auteur nous invite peu à peu à une découverte, à une autre approche où les sensations, et non les événements, tissent des histoires. Ce sont peut-être les détails, les non-dits qui en disent long finalement car l’auteur possède l’art de nous les faire savoir en prenant à bas le corps avec des touches successives la totalité des sensations qui la traversent, la transpercent parfois. Des histoires de l’intime et du corps portées par des intuitions que sert une écriture à la fois dense, subtile et homogène. En ce sens, cet ouvrage sort des sentiers battus de la narration comme pour mieux nous faire partager ce qui scelle les cœurs ou les desserre. Bojenna Orszulak ouvre en nous des espaces au-delà du temps qui prennent à témoin des émotions enfouies qui, tout d’un coup, refont surface et réapprivoisent la vie dans ce qu’elle a de plus inouïe.

Auteur : Bojenna ORSZULAK
Titre : L'Effacement
Elle était arrivée jusqu’à lui fatiguée, indifférente.
Il lui avait rendu la capacité de s’écorcher à vif,
de brûler vive. On ne quitte pas un buisson ardent.

L’Effacement

Auteur : Kemi OUTKMA
Titre : Cycle(s)
« Sa vision de l’avenir est un cul-de-sac. Une impasse sombre finissant par un mur infranchissable. Elément à déterminer : la longueur de l’impasse et la vitesse à laquelle aura lieu l’impact avec le mur. HUMAN CRASH TEST EXPERIENCE. Port du masque obligatoire.Depuis cinq ans il était là. Cette idée ne le lâchait plus. Litanie du désespoir. Et elle imprimait en lui une sensation d’immobilité. Ou plutôt d’incapacité de mouvement. Cinq ans. A chaque fois que ces termes s’imposaient à lui il avait le sentiment que, depuis ces cinq années, le temps s’était arrêté, que la vie tournait en boucle, et qu’elle allait continuer ainsi éternellement… Et cette sensation d’éternité ne donnait pas la certitude de ne pas mourir, mais celle de ne déjà plus vivre. »

Auteur : May PEYRON SPANGLER
Titre : Papa a dit, maman aussi
«La petite enfance, l’enfance de mes deux derniers, l’adolescence de mon aînée, que tout cela est bien relaté. Se découvrir dans le cœur et le regard de ma fille May représente une expérience exceptionnelle.» Christiane Peugeot

Papa a dit, maman aussifait suite àMémoires d’une Peugeotde Christiane Peugeot, où l’on retrouve la petite-fille de l’industriel protestant devenue «maman», et dont la fille May esquisse le portrait dans une série de fragments tendres et humoristiques. « Papa a dit»: le père détient le verbe et c’est avec lui que May choisit de s’identifier, car mieux vaut être un garçon manqué dans un monde où les filles réussies ne semblent pas exister. «Maman aussi»: la mère privée de parole propre n’existe qu’en reflet du père – mais l’écho n’est pas sans une dissonance que la soumission apparente de Christiane dissimule mal.

Auteur : Colette PIAT
Titre : L'automobile qui murmure à l'oreille des femmes
Assoiffée d'aventures, Colette Piat a construit, pendant cinq ans, un voilier à Honfleur avec son compagnon. Puis accomplit le tour du monde...
Ce qui devait arriver arriva. Elle rencontra Asmodée, une twingo sympathique, jolie mais hélas peu méfiante.
Asmodée va tomber amoureuse de Julio, un coupé Jaguar sans scrupules.
Ses amis : Hortense, Casquetti, Pierre-andré (le chameau dragueur), etc. vont l'aider à triompher. Rien ne vaut l'amitié !

Auteur : Prisca POIRAUDEAU
Titre : L'âme chambre
« L’âme-chambre est baignée d’une lumière feutrée. La poussière dorée tourbillonne dans un faisceau de lumière lunaire. La chambre est meublée d’un lit bateau, d’une coiffeuse blanche en fer forgé où la belle coiffe ses longs cheveux et rencontre ses autres. L’âme-chambre où elle entretient son jardin dissimulé dans le tiroir de la table de chevet (qui se ferme à clef). La chambre où elle peut se retirer du monde. La chambre où elle se repose, lit et rêve… La damoiselle écrit des lettres à l’absent et tisse les liens. Elle rêvera en son amour, en son âme-sœur et dans l’âme-chambre. Les amoureux aiment se retrouver dans l’âme-chambre et parfois, après l’amour, ils se partagent une petite part de Creusois.
Mais un jour un intrus pénétra dans la chambre et violenta la belle … Elle ne rêve plus dans l’âme-chambre. L’âme-chambre est hantée. C’est l’insomnie. Il y a dans ses armoires, sa mémoire : des images, des livres, des jouets, sa robe de fée bleue… Par le vitrail éclaté, elle regarde les étoiles. Elle aimerait s’envoler au-dessus de la maison faite de pierres et d’os. De peau diaphane, de dentelles et de soie, de pans de l’âme… »

Auteur : Prisca POIRAUDEAU
Titre : La demeure des chiens fantômes
Les chiens sont les gardiens de la demeure. Ils protègent l’antre et veillent sur les âmes. Prisca Poiraudeau rêve souvent de maisons hantées, immenses et labyrinthiques comme celle de son enfance : la maison creusoise perdue dans la forêt. La maison se souvient. Vous ne resterez pas au seuil de son âme, envoûté par sa plume. Suivez le chat psychopompe, l’ami de la jeune fille… Les contes et nouvelles de Prisca Poiraudeau sont les facettes d’un même diamant, récits personnels à la fois oniriques et profondément vécus de l’intérieur. Pour ce jeune écrivain la littérature est avant tout un exorcisme qui permet de maîtriser les flots douloureux des mémoires enfouies.

Auteur : William POLSENS
Titre : À cœur d'onde assassine
Avec ce premier roman, William Polsens entre dans la cour des grands. Coup de maître parce que son style perce la lumière des faits en leur essence. Quelque chose de nouveau vient de jaillir, aussi cruel que jubilatoire, dans cette fiction de guerre mais dans des lieux que l’on imagine bien réels. Écriture en forme d’énergie libératrice, parce que pleine d’ecchymoses et amorale, qui, de toute façon, fera sens chez le lecteur.

« Je pensai d’emblée que c’était sur mon malheur qu’il pleurait, le gars. J’ai remué mes membres, à travers une contraction reconnaissante des nerfs. Me les suis tâtées, mes guiboles… Aucune nuance aiguë de la moindre douleur ! Partiellement à moi, j’envisageais le gars dans son jus engourdi, ou anesthésié — je me l’imaginais semblable au mien d’état d’estropié, tactique fraternelle d’un double. J’ai retourné mon regard vers lui. Il avait fermé les yeux…
Aussitôt, une jeune femme en infirmière classique s’est approchée de lui. Et, d’un doigt ferme, elle appuie sur la tempe du mec, quand sitôt l’autre main s’est élevée au plafond. Elle avait dû lancer son pronostic. Trois hommes s’approchent. Il devait y avoir le médecin avec. C’est lui qui d’une main experte a tiré une paupière du pauvre gars, celui-ci ne devait plus souffrir, pour le moment, et partant à jamais… Enfin ! À lui, la tranquillité éternelle ! »

Auteur : Catherine PONT-HUMBERT
Titre : La scène
Récit d’une enfance « trouée » par une « scène » fondatrice, ce livre sensible et gourmand fouille les émotions, les sensations.
Il explore les facettes de la force vitale qui permet d’advenir à soi en dépit du traumatisme de la scène.
Son écriture, qui alterne l’évocation d’épisodes d’enfance et le récit de la scène approchée par petites touches, est au cœur de cette énergie de vie, elle qui relie au monde et permet de garder vive l’espérance.

Auteur : Marc-Louis QUESTIN
Titre : La Citadelle des Vierges Noires
Avec ce recueil de nouvelles baroques et décadentes, Marc-Louis Questin nous amène à explorer des territoires inquiétants. Voyages sensuels et oniriques, pèlerinage aux sources des mythes, la réalité que nous croyons si bien connaître se métamorphose subtilement sous nos yeux. L’univers sombre des loups garous, des androïdes et des vampires nous renvoie dans ce livre à une meilleure compréhension de nous-mêmes qui sommes déjà sans le savoir des voyageurs de l’invisible. Rites initiatiques et croyances dans les forces de l’esprit ont toujours forgé les civilisations. Marc-Louis Questin n’en est que le rapporteur visionnaire qui a su pour nous lecteurs pénétrer ces mondes obscurs et nous offrir ses intuitions où l’érotisme rejoint le sacré, où Dieu et Lucifer ont comme signé un pacte d’alliance pour atteindre l’absolu de cette beauté inaltérable que chevauchent à jamais nos rêves les plus précieux.

Auteur : Muriel RAMOS
Titre : À fleur de femmes
Avec ce premier livre, Muriel Ramos nous fait partager des émotions que le lecteur n’a pas l’habitude d’éprouver. Ici tout est en retenue, en subtilité, en non-dits qui en disent pourtant davantage. Chaque nouvelle est écrite avec l’art et la manière de mettre à jour les sentiments qui parcourent les être quels qu’ils soient. Ce n’est pas le sens qui prime mais la manière d’exprimer par les mots ce qui se cache en nous lorsque l’on pressent les choses comme si elles étaient en filigrane. En ce sens, Muriel Ramos, au gré de son cœur, entre de plain-pied dans un univers qui lui est propre, où le silence joue souvent son rôle de capteur d’émotions. À chaque page tournée, le lecteur sera comme surpris de découvrir peut-être ce qui est exprimé au-delà de la psychologie habituelle et parfois même au-delà des mots.

Auteur : Muriel RAMOS
Titre : Le parfum des tulipes
Apprentie

Le cœur dans l'herbe fauchée
Là je suis. Si nue
Au vent, je crie.
Plus de soleil, amère ?
Morte, je crois.

La fuite sous la neige
Apprentie ! Bouscule-moi
Je suis trop lâche ;
Je rêve aux jours...
Chaque nuit, je vole ;

Tant d'ailleurs....
Jamais ne vivrai
Du néant, si blessée
l'Apprentie... Je viens !

Muriel Ramos est née à Charleville dans les Ardennes, en 1956. Elle est passionnée de littérature, de musique, de peinture et de cinéma.

Auteur : Florence RIDE
Titre : Les bateaux de papier
« Je ne connaissais pas Florence Ride, ce qui est sûrement la meilleure position pour pouvoir affirmer que ses pages sont de la vie. Ses personnages des Bateaux de papier, oui, attachants, différents, tendres et passagers d’une espèce de folie douce, d’un orientalisme si parisien, si littéraire.

Mais surtout, dans ces pages, cette gourmandise délicieuse qui donne aux livres éparpillés une fragrance, qui donne à la lumière des jardins une sorte de contre-jour à la Bonnard, à la Vuillard ou à la Valloton, qui fait que l’on a envie de traîner l’ennui des hommes dans les cafés grecs, de partager les gestes des femmes et leur lenteur sous la chair des maisons. »

Auteur : Florence RIDE
Titre : Les Saisons de la sans-souci
Difficile de classer ce roman qui raconte l’insouciance et à la fois la fébrilité d’une jeune femme. L’héroïne ne s’accoquine qu’avec le bien-être qui, au fur et à mesure du texte, grandit en elle comme une solitude à part. Contrairement à beaucoup d’autres récits, l’héroïne ne se sent pas Loup des steppes, mais plonge au cœur de cette souffrance douce qui la met en quête de délices sensuels. Mais elle sait aussi faire corps avec les émotions que lui procurent un coucher de soleil ou un petit coin de paradis. Fausse dualité entre le divin et le profane qui n’oblige pas la sans-souci à jouer double jeu avec elle-même. Et si l’alcool apaise parfois ses angoisses, il sait aussi la maintenir dans cette apparente légèreté, presque provocante de nos jours. Chaque lecteur sentira ici, peut-être grâce au style, une certaine connivence avec l’héroïne. L’écriture est un pur délice, qui à chaque phrase allume ce quelque chose en nous d’indéfinissable et de terriblement humain.

Auteur : Florence RIDE
Titre : Rencontres et autres histoires improbables
La Porte Jaune, un café-restaurant au bord de l’eau. Pierre commande un Perrier rondelle, Catherine, comme toujours, un bourbon.
– Tu vois, si j’aime cet homme, c’est parce qu’il peut me suivre dans l’alcool, m’accompagner, me comprendre. Il est le seul homme au monde, avec toi, qui puisse me comprendre.
– Tu ne peux pas aimer cet homme, tu ne le connais même pas.
– Mais lui me connaît. Il m’a dit qu’il savait tout sur moi. Tout.
– Il t’a forcément menti.
– Je ne crois pas. Quand il me regarde, j’ai l’impression qu’il dit la vérité.

Auteur : Geneviève ROCH
Titre : Dédales
Avec ce livre, Geneviève Roch nous propose ce récit détonant qui, d’emblée, vouvoie le lecteur alors en prise directe avec l’histoire comme si à chaque page, sans même sans s’en rendre compte, il laissait un peu de lui-même. Comme des millions de gens, l’héroïne (c’est à-dire vous) se rend à son travail dans l’Etablissement et doit suivre un itinéraire, à la fois précis et confus, pour atteindre un endroit. Mais ce chemin avec ses arrêts, ses détours en forme de questionnement, devient de plus en plus inconsistant.

Auteur : Geneviève ROCH
Titre : Les tapisseurs
L'auteur nous plonge d'emblée dans un univers kafkaïen qui  montre comment une société peut insensiblement déraper vers le totalitarisme, avec l'approbation tacite de ceux qui acceptent de perdre toute liberté pour continuer à vivre dans leur médiocrité.
 
Maître Henri Leclerc,
Avocat
Président d'honneur de la Ligue des Droits de l’Homme.
 
Geneviève Roch fut professeur de Lettres avant de se consacrer pleinement à la peinture puis à l'écriture. Elle est l'auteur de plusieurs romans et nouvelles, d'un essai sur la peinture ainsi que d'un ouvrage sur sa peinture réalisé en collaboration avec le philosophe et poète Bernard Grasset. Elle a aussi publié une dizaine de recueils de poésie et elle est la lauréate 2014 du prix Arthur Rimbaud.

Auteur : Geneviève ROCH
Titre : Otto
L’histoire d’amour d’Otto et Sophal, deux êtres hermaphrodites d’une très lointaine civilisation qui découle de la nôtre selon des critères d’évolution tout à fait pertinents, permet à Geneviève Roch de nous proposer un roman d’anticipation aussi drôle que philosophique! Se livrant à un travail d’extrapolation jouissif, l’auteure examine quelques-uns des travers de la société actuelle comme ceux supposés de celle de demain… et d’après après-demain, c’est-à-dire de la civilisation des Fhoms dont font partie Otto et Sophal. Celle-ci, qui n’a plus grand-chose à voir avec notre XXIe siècle, concrétiserait-elle le rêve du «meilleur des mondes possible»?

Auteur : Camille ROELENS
Titre : Nuits
Avec ce nouveau livre, Camille Roelens nous livre, texte après texte, des petites merveilles. Le rapport au réel forme peut-être la thématique de ces nouvelles qui ne délivrent aucune morale, mais nous interrogent dans notre quotidienneté, dans ce rapport à la vie que nous avons, souvent constitué d’effrois, de fuites ou de contradictions.

Les textes courts de la fin nous parviennent comme autant d’ultimes interrogations qui mettraient en joue notre existence. Et pourtant nous continuons à vivre. Voilà un livre dont certaines phrases nous parviennent comme des éléctro-chocs, amenant aussi un plaisir de lire des textes travaillés jusque dans une certaine élégance laissant transpercer la noirceur.

Auteur : Nathalie ROUDNEFF
Titre : Et en elle, lumineux le cauchemar
Céliandre est une employée simple, sa seule ambition est de se faire accepter au sein de la nouvelle société qui l’a embauchée. Tout se ligue contre elle malgré ses efforts. Victime, bouc émissaire, elle concentre sur elle tous les maux qui agitent les rapports de forces et de jalousie dans le monde du travail. Mais aussi les illusions des recettes dont nous nous leurrons pour échapper à une réflexion sur ce que nous sommes en tant qu’individu. Survient un événement qui va la contraindre à se plonger en elle-même, pour trouver le fondement de son être, dans une introspection qui va bouleverser sa vie.
A la fois très sensible et ironique, dans un style précis, ce récit, qui donne la part belle à la spiritualité qui est en nous, sonde les arcanes de nos aveuglements et de nos peurs, tout en nous laissant le libre choix d’y apporter nos propres réponses.

Auteur : Etienne RUHAUD
Titre : Disparaître
Ce livre porte un titre magnifique. Mais son infinitif est trompeur. Ce n’est pas un traité nihiliste. Le rien n’y est pas revendiqué, mais simplement montré comme l’aboutissement d’une sombre errance. C’est pleinement un roman…

É tienne Ruhaud donne à cette odyssée négative un décor à sa mesure : la banlieue parisienne, de Nanterre à Alfortville, puis à Thiais, et à des moments où la météo n’est guère riante. Mais cela, jamais de façon abstraite ou vague. Ses descriptions sont précises, captant des détails riches de sens et supposant un minutieux travail de repérage. De temps en temps, par des mots en italique, il nous donne des échantillons de l’air du temps. Disparaître est un roman de toujours et, en même temps, de l’immédiat aujourd’hui. Si l’on veut, c’est le roman de la crise.

Auteur : Hélios SABATE BERIAIN
Titre : Personne à Sarajevo
Avec ce nouveau livre, l’auteur nous propose un ouvrage qui échappe à toute classification. Roman, récit, poésie, il est tout à la fois. Texte de la déconstruction pour mieux reconstruire. Histoires d’amour entre deux hommes où les repères se font incertains parce qu’en quête de vérités toujours ouvertes à soi, entre l’intime et la nature dévastée. L’âme humaine, ici, est exposée dans ce qu’elle a de plus secret. La maladie et des scènes qui apparaissent comme autant de maléfices presque salutaires jusqu’à « l’apparition d’un enfant errant découvert dans les décombres du néant » comme l’écrit l’auteur à propos de son texte.
Le style est un enchantement et chaque paragraphe peut se lire comme un poème salavateur, loin des sentiers battus d’une psychologie qui se voudrait conquérante. Un livre bouleversant qui suscite une émotion et une clairvoyance que le lecteur peut s’approprier.

Auteur : Mountajab SAKR
Titre : Débris
Dans un camp de réfugiés syriens à la frontière du Liban, un couple de Syriens catholiques y réside. Fuyant la guerre, il est hébergé dans cet espace clos ; « une tente ». L’homme, ancien enseignant, trompe son inactivité en rédigeant des lettres aux délégués des Nations-Unis et au Commissariat des réfugiés pour décrire sa condition d’existence, et la femme l’exhorte à trouver un emploi. Les deux personnages sont hantés par les souvenirs de l’avant-guerre, l’insécurité et la peur même au sein de ce camp qu’ils qualifient de « tremplin ».
L’homme et la femme évoquent sans relâche la disparition de leur fils, se soutiennent dans l’espoir de le retrouver, mais doivent aussi affronter la survie dans un camp, l’absence de perspectives. La réalité des « barbares » les rejoint entre autres sous l’apparence d’une fille enlevée, violée, meurtrie par les hommes aux drapeaux noirs. La pièce nous confronte avec l’éternelle question : comment parler des atrocités de la guerre, des camps, de l’exil au théâtre ?

Auteur : Bruno SILLARD
Titre : La passagère du wagon-lit
Qui est Helena ? Bruno Sillard nous convie à le suivre dans des récits de voyages qui se suivent et se répondent. Nous voilà emportés vers l’Espagne, le Portugal et le Cap-Vert, destinations dont l’auteur connaît les charmes et les secrets. Nul autre que lui ne serait en mesure de décrire la passion qui anime les visiteurs, qu’il suit y compris jusqu’à la porte de mondes noirs comme l’enfer. Sa compagne d’amitié amoureuse, Jeanne, qui était déjà dans son premier récit, Les Amours turbulentes de Jeanne et Antoine, est égale à elle-même et suivra Antoine comme une ombre tour à tour fidèle et passagère. Ludo, le troisième de cette équipée, les accompagnera à la poursuite d’Helena, la Polonaise, qui va s’échapper sitôt le train wagon-lit arrivé en gare de Madrid. Mais qui est-elle ? Petit soldat jouant dans la cour des grands ou aventurière au destin incertain. Même Paul, qui s’invite sur la fin dans cette bande reconstituée, le sait-il vraiment ? Une somme de récits de voyages qui se mêlent à d’autres histoires, plus personnelles, racontées le plus souvent lors de tablées parfois mémorables. On mange beaucoup dans ce récit et l’on boit tout autant avec un esprit de fête, même si les plus beaux souvenirs peuvent être teintés par la légère amertume d’un passé révolu. Dans ce récit certes bienveillant, chaque chapitre est comme une nouvelle mise en scène. Bruno Sillard nous convie à sa table tant l’auteur fait vivre ses personnages dans ce festin de mots. Mais… Qui est Helena ?

Auteur : Bruno SILLARD
Titre : Les amours turbulentes de Jeanne et Antoine
Bruno Sillard nous raconte les histoires d’amour de Jeanne et Antoine. Ils se sont connus dans le jeu d’une rencontre qu’une amitié amoureuse a scellée. Ils vont se perdre ensemble dans les rues de Paris, à se remémorer leurs propres histoires.

Une traversée où chaque quartier va apparaître comme l’endroit propice pour se raconter leurs amours, tantôt futiles, passionnées, fragiles ou glauques ; des histoires aux contours d’errances et de solitudes assumées ou pas. Histoires de désirs, de douces ou d’affreuses souffrances ressentis par le filtre des émotions présentes entre humour, effervescence et fatigue.

Auteur : Jean-Emmanuel SKOVRON
Titre : A même les pierres et la cendre
« Ce n'est pas un roman ; c'est certain. Une nouvelle ? Pas plus. Juste une manière de récit. Des mots venus du silence. Si vous les trouviez poétiques, un peu, j'en serais flatté. Mais il n’y a aucune obligation. »
- Extrait de l’avant-propos de l’auteur

Auteur : Joëlle THIENARD
Titre : Entre chien et loup
À l’approche de l’âge de la retraite, le juge Harshow s’apprête à traiter son dernier procès. Il sait que le jeune homme qui sera devant lui au tribunal, sur le banc des accusés, est innocent. D’ailleurs il lui rappelle étrangement son fils, qui revient dans sa vie, au même moment, après deux ans d’absence…
À nouveau confronté à la vérité, dans sa famille et son métier, il sera pourtant vaincu pour la première fois de toute sa carrière, et le jugement qu’il portera sur lui-même et sur la justice des hommes sera irrémédiable…

Auteur : Joëlle THIENARD
Titre : Exilés
Au cœur d’un petit hameau de la Drôme, quelques habitants qui ont noué des relations d’amitié dans une vie en dehors de la société se trouvent confrontés à un crime. L’arrivée d’un écrivain puis de sa compagne va venir bouleverser ces « exilés » qui aiment se retrouver, tous partageant une existence sans trop d'histoires. Des tensions s’installent, les relations changent, et l’on assiste à un véritable bouleversement qui jalonne cette recherche du coupable dans un thriller où se mêle le surnaturel.

Auteur : Joëlle THIENARD LEDIEU
Titre : Le Trésor
Oh ! comme je les ai aimées ces deux sœurs, si complices dans leurs jeux, rêves illusoires d'une liberté conquise, rêves d'enfants avec leurs codes très précis pour échapper à la confusion du monde adulte où la mère et la grand-mère sont absentes. Comment composer ce manque affectif si ce n'est au fil des pages, par petites touches impressionnistes, tenter un trio avec ce père attentif mais trop exigeant, matériellement présent mais affectivement maladroit et pudique. C'est pourtant lui qui bouleversera ce fragile équilibre en emmenant ses filles sur le continent, les coupant ainsi de leur mère et de leurs espaces de liberté.

Auteur : Florence TOLSTOFF
Titre : Nouvelles et chroniques parisiennes
Brillant sous les feux de la ville comme des papillons nocturnes à la lanterne, des âmes naissent, évoluent, se croisent, se rencontrent, espèrent, aiment, se perdent, se retrouvent, se consument ou s’envolent au travers des artères de Paris. Les cœurs qui battent dans ces poitrails pourraient être les vôtres ou ceux des personnes que vous côtoyez régulièrement ou dont vous avez partagé des moments en commun. Ces scènes prennent place dans les rues de la Capitale aux mille aspects, dans des appartements sans doute proches de chez vous, à deux pas de votre bureau, des endroits que vous connaissez sûrement, des cafés, devant des façades oubliées par le regard des passants empruntés et distraits, des monuments. Les personnes ayant vécu ces histoires (extraordinaires ou juste originales), ces craintes et ces joies, se présentent à vous comme des anonymes au quotidien lorsque vous les rencontrez l’espace d’un court instant, sur un trottoir, un quai de station, au restaurant du coin, chez le boulanger ou ailleurs… Cependant, ces silhouettes éphémères et furtives portent en elles les stigmates d’expériences uniques et profondes, des souvenirs fabuleux ou tristes ; actrices ou témoins, elles vous offrent la clé de leur intimité. Paris vous livre le récit de ses murs au travers de bribes de vies, mosaïque d’histoires sur fond de pierres, de tuiles, de lumières et de bitume.
Extrait de l’avant-propos de l’auteure

Auteur : Henri TOUITOU
Titre : Seule, Biskra
« Encore pétri de rêves récurrents d’adolescent, j’étais dans l’attente du retour dans ce monde premier, essentiel.
Ce retour à Biskra, au risque de m’y perdre.
Biskra, trop longtemps immensément silencieuse, comme en errance dans mes pensées désolées.
Ce retour, avec cet appétit apeuré, menacé par les ombres bleues d’un au-delà redouté, et les pensées fragiles, flétries, d’une histoire mythifiée par les doutes et les années .Comme figées dans un moment d’éternité suspendue. Plus de cinquante ans après le départ et à l’instant du retour j’étais dans la poétique de l’incertitude et des larmes usées de silence et de ruades émotionnelles mal comprises.
Je me trouvais dans la variabilité des sautes du temps à la fois présent et rêvé, face à un retour transcendé en évidences bouleversantes, en réponses intimes aux grimaces de la vie.

Auteur : Claude Sylvie ULRIK
Titre : La Rampe rouge Rondes
Avec ce récit, Claude Sylvie Ulrik nous offre une œuvre singulière. L’histoire d’une femme qui, à la mort de son mari, ose ouvrir le carnet d’Astrid, la mère de ce dernier. Un secret de famille va apparaître, terrible. L’auteur va, par son écriture, cheminer auprès d’Astrid et l’accompagner dans son chemin de souffrances et de découvertes de ses origines.

Le livre envoûte au fur et à mesure du récit car la narratrice y devient partie prenante jusqu’ à entremêler sa voix avec celle d’Astrid. En ce sens ce livre est marquant car c’est aussi l’histoire de la narratrice en quête d’elle-même ou d’une part plus secrète, du domaine de l’inconscient. Plus encore c’est peut-être l’écriture en recherche permanente avec ses accès à la fois de profondeur et de simplicité qui fait écho en nous jusqu’à interroger notre propre mémoire.

Auteur : Mylène VIGNON
Titre : A l'ombre des pages
Deuxième volume de la trilogie Tara des Ombres, qui avait commencé en Bretagne avec L’Ombre de Saint-Cado. Nous y avions découvert Tara, jeune archéologue, passionnée par la vie.

A l’ombre des pages nous emmène à la découverte de la mer des Faluns, en Pays de Loire, en passant par la Maison des pages d’Amboise, logis où Charles VII abritait ses pages.

L’auteure brosse un portrait approfondi de la femme, en pénétrant au cœur de la psychologie de l’héroïne.

Auteur : Mylène VIGNON
Titre : L'Ombre de Saint-Cado
Après avoir écrit un livre témoignage sur ses rencontres avec le peintre Olivier Debré, suivi de trois recueils de poèmes, Mylène Vignon a décidé d'appliquer sa poésie au service du roman. Mêlant la littérature au fantasme et à sa vie insensée, elle a créé Tara Baumane, héroïne composite de ses amies revisitées, sur le ton d'une série de nouvelles qui s'accordent parfaitement entre elles.

Tara nous emmène de la même façon qu'elle a emporté Mylène, dans une série d'aventures sur fond de recherches historiques très nourries et bien réelles, du septième siècle gaélique à la révolution du Jasmin. Son amie Christiane Peugeot, petite fille de la marque au lion, artiste, femme de lettres et professeur de sciences humaines, a accepté de lui offrir la préface de ce premier roman.

Auteur : Mylène VIGNON
Titre : Le souffleur de l'ombre
L'auteure nous emporte dans les eaux troubles d'une Venise interlope, mais non moins riche de ses dorures et de ses merveilles d'architecture.
L'histoire des aventures de l'archéologue Tara Baumane se termine donc dans ce troisième opus, dans une note de musique baroque.

Œuvre de Cyb : couverture et intérieur
Photos : Woytek Konarzewski

Mylène Vignon est critique d'art, expert en art contemporain, coproductrice de Secrets d'ateliers sur BDM TV et commissaire d'événements culturels.
Elle est depuis cinq ans la rédactrice en chef du média web Saisons de Culture.

Auteur : F.E. WOLFF BACHA
Titre : Les mouches ne rêvent pas
L’auteur nous amène en dehors des sentiers battus de la littérature actuelle.
Autant d’histoires en forme de métaphore où le tragique rejoint le burlesque, où le style se construit à force de tournures et d’images pour nous surprendre comme au détour d’un chemin où l’on verrait apparaître plusieurs paysages à la fois.

Malgré mon attirance, j’avais vu clair dans son jeu : je ne supportais pas qu’il examinât mon âme à travers mon visage, comme un psychanalyste agréé par la sécurité sociale, ou qu’il manifestât de l’intérêt et de la curiosité pour ma personne alors que je n’existe pas parmi les individus de la vie courante. »
(Les mouches ne rêvent pas)

Auteur : Dominique ZINENBERG
Titre : Pour saluer Apollinaire
Pour saluer Apollinaire offre en dix nouvelles une lecture de certains poèmes d’Alcools. Parfois il s’agit d’un lien lâche, juste le souffle d’un exergue ; parfois, en revanche, la nouvelle ne pourrait exister sans le poème choisi qui la traverse, la nourrit, l’imprègne. Les époques évoquées sont souvent imprécises et la volonté d’intertextualité très forte. Chacun des récits salue Apollinaire de loin, avec amitié dans le même esprit qui animait le poète mettant en scène « Les sapins » qui saluent leurs frères abattus/ Les bateaux qui sur le Rhin voguent ou les enfants des « Saltimbanques » qui de très loin font signe à chaque arbre résigné. C’est sans doute parce que saluer est salutaire qu’il est perçu depuis Giono saluant Melville comme un geste poétique traversant le temps et se réactivant par la grâce de chaque lecture qu’on lui accorde.
Le pouvoir d’envoûtement du poète Guillaume Apollinaire est tel qu’il transcende le temps et l’espace ; il secrète une amitié qu’il a portée haut toute sa vie durant et qu’une approche bienveillante et admirative de son œuvre répand encore. C’est le privilège de la littérature de rendre possible cette amitié secrète et inconnaissable.



Editions Unicité
3 sente des Vignes
91530 Saint-Chéron
Tél. 06.23.86.73.83
site réalisé parliens mentions légales © 2013 Editions Unicité