AccueilAuteursContact

Actualité


Mai 2017
Diane DESCOTEAUX
"à coup d'ailes" - haïku
En savoir +


Anne-Cécile CAUSSE & Anaïs CHARRAS
"Autrement que la rive" - poésie
En savoir +


Eliane VERNAY
"Aux portes de la soif" - poésie
En savoir +


Irène DUBOEUF
"Cendre lissée de vent" - poésie
En savoir +


Alice SCHNEIDER
"Claque au vent" - poésie
En savoir +


Céline ESCOUTELOUP
"Debout dans tes yeux" - poésie
En savoir +


Paule Marie DUQUESNOY
"La tulipe rouge" - essai
En savoir +


Nathalie BONIFACE-MERCIER
"Le Chemin des veilleurs" - témoignage
En savoir +


Michèle REHLINGER & Germain REHLINGER
"Nos mains d'il ya dix mille ans" - haïku
En savoir +


Francis KRETZ & Philippe BREHAM
"Reflets en haïku" - haïku
En savoir +


Avril 2017
Michel BETTING
"Bouclettes indomptées" - haïku
En savoir +


Thérèse MIEL
"Esquisses d'un été" - poésie
En savoir +


Jean-Claude PARMELIN
"Griffures" - haïku
En savoir +


Mars 2017
Patrick FETU
"Entre ciel et mer" - haïku
En savoir +


Christiane HAEN-RANIERI
"Fragments de vie en trompe l'oeil" - haïku
En savoir +


Toinon MAGUEREZ
"La petite Afghane" - roman
En savoir +


Christiane BODET
"Miettes" - poésie
En savoir +


Hélios SABATE BERIAIN
"Personne à Sarajevo" - roman
En savoir +


Février 2017
Kouam TAWA
"Chemin faisant" - haïku
En savoir +


Denis EMORINE
"Fertilité de l'abîme" - poésie
En savoir +


FORESTIER Jean-François
"La maison qui n'en finissait pas d'être à vendre" - roman
En savoir +


Geneviève ROCH
"Les tapisseurs" - roman
En savoir +


DECHAUX Frédéric
"Réflexions buissonières" - essai
En savoir +


Janvier 2017
Catherine JARRETT
"La mémoire nue" - poésie
En savoir +


Dominique BOUFFIES
"Le Proche-Inaccessible" - spiritualité
En savoir +


Axel MAUGEY
"Le succès de la francophonie au XXIe siècle" - essai
En savoir +


PARHAL
"Osmose" - poésie
En savoir +


France BURGHELLE REY
"Petite anthologie" - poésie
En savoir +


Luce PELLETIER & Jean-Claude "Bikko" NONNET
"rengoum" - haïku
En savoir +


Alain CLASTRES
"Silencieux" - poésie
En savoir +


Décembre 2016
MARIANNE
"Dakar je t'aime, Dakar je te hais" - poésie
En savoir +


Jean-François MIGAUD
"De la difficile avancée de l'âme au printemps" - poésie
En savoir +


Régis MOULU
"Enrichir son vocabulaire avec 1 609 mots" - essai
En savoir +


Francis KRETZ
"musique de zen en zen" - haiku spiritualite
En savoir +


Patrick BONJOUR
"Perles d'enfants" - jeunesse
En savoir +


Nadine GRANDEAU
"Trois chats" - roman
En savoir +


Novembre 2016
Sarah MOSTREL
"Célébration" - spiritualité
En savoir +


Frédérique LOMBARD MOREL
"l'hôtel des passants" - roman
En savoir +


Novembre 2016
Suyin LAMOUR
"L'étreinte de l'éphémère" - poésie
En savoir +


Jean-Louis GUITARD
"Quatre ans et la guerre" - roman
En savoir +


Octobre 2016
Mylène VIGNON
"Confis toi" - poésie
En savoir +


Alhama GARCIA
"Journal des lisières" - poésie
En savoir +


Camille ROELENS
"Nuits" - roman
En savoir +


Charlotte GAYOT
"Une vie quand s'invite la maladie de Charcot" - poésie
En savoir +


Septembre 2016
Jocelyne DERUDDER
"Compilation des enseignements de Hirano Katsufumi Rôshi Maître Zen Sôto" - spiritualité
En savoir +


Ludovic HARY
"Le premier jour, société secrète" - roman
En savoir +


Joëlle THIENARD LEDIEU
"Le Trésor" - roman
En savoir +


Bernard GASCO
"Lèvres groseille" - poésie
En savoir +


Ghyslaine LELOUP
"Nuit chorale, son soleil sous les paupières" - poésie
En savoir +


Marc-Louis QUESTIN
"Urban Sax Les musiciens de l'infini (version anglaise)" - essai
En savoir +


Août 2016
Jean SAUBIETTE
"Le chevalier" - jeunesse
En savoir +


Juillet 2016
Hélène DUC
"De cendres et d'écarlate" - roman
En savoir +


Georges FRIEDENKRAFT
"Naître, deux fois" - haïku
En savoir +


Marc-Louis QUESTIN
"Urban Sax Les musiciens de l'infini" - essai
En savoir +


Juin 2016
Victor HUGO
"Demain ne peut attendre" - poésie
En savoir +


Pablo POBLETE & Claudine BERTRAND
"Eloge et défense de la langue française" - poésie
En savoir +


Patrick BONJOUR
"Haïkus vus en vrai" - haïku
En savoir +


Bruno SILLARD
"La passagère du wagon-lit" - roman
En savoir +


Michel-Olivier DURY
"La vie comme ça" - roman
En savoir +


Florence RIDE
"Les bateaux de papier" - roman
En savoir +


Mai 2016
Philippe TANCELIN
"A fleur de clarté" - poésie
En savoir +


Christiane SIMONEAU
"A l'ombre où je suis" - poésie
En savoir +


Jean ANTONINI & Véronique DUTREIX
"D'un champ à l'autre" - haïku
En savoir +


Gregory MION
"L'Amérique cinquante et des poussières" - roman
En savoir +


Philippe BREHAM
"La Lumière du Shintoïsme" - spiritualité
En savoir +


May PEYRON SPANGLER
"Papa a dit, maman aussi" - roman
En savoir +


Minh-Triết Phạm
"Reflet aveugle" - haïku
En savoir +


Anthony CROIZET & Hubert FRÉALLE
"Rêves de Collure" - poésie
En savoir +


Christelle WESTPHAL
"Un regard à fleur de graine" - poésie
En savoir +


     


Auteur : Pascal AUBIER
Titre : Bon débarras
Avec ce premier roman, Pascal Aubier fait déjà preuve de singularité en nous décrivant (comme le vrai cinéaste qu’il est) de manière forte et réelle un Paris dévasté par des combats entre les hommes et les femmes. Si ce roman comporte une part de fiction et d’imaginaire qui nous dépasse par la violence des combats (des morts partout), le contexte n’en demeure pas moins d’actualité en quelque sorte.

Pascal Aubier met alors en scène un homme esseulé et vieillissant qui, bien que rien ne lui ressemble dans cette histoire de complot et de malentendu dont il n’est qu’un spectateur lambda au début, en devient le protagoniste de la façon la plus folle qui soit. Au fur et à mesure des événements, il va tenter de comprendre et d'appréhender la situation et se la commenter en se remémorant ses anciennes conquêtes, ses émois érotiques comme si à son âge il avait cette capacité à se laisser émerveiller en cherchant dans les femmes cette part de lui-même et du monde qui lui échappera toujours.

Auteur : Philippe BIGET
Titre : Avez-vous vu passer l'amour ?
Dans ces histoires peu ordinaires, Philippe Biget sait, avec force et subtilité, nous faire partager des univers liés au désir et à cette douce folie que peuvent inspirer la femme, la recherche de l’amour sous diverses formes.

Le sujet de ces histoires se moque bien des convenances, on y décèle parfois de l’humour mais aussi des profondeurs métaphysiques ou tout à la fois. Certains de ces textes, dans lesquels réalisme et fantastique se mêlent souvent, resteront à jamais gravés dans nos esprits. Si tour à tour, une femme se laisse séduire par un vieillard, un homme fait le tapin au Bois de Boulogne, un prêtre en proie à la culpabilité va voir une prostituée au moment où l’on doit élire le nouveau pape, c’est toujours pour notre plus grand plaisir, à nous lecteurs, qui aimons nous délecter des mots dont l’auteur maîtrise tant la pesanteur que la légèreté.

Auteur : Christiane BODET
Titre : Le Clan des ancêtres
À travers ce roman, l’auteur nous dévoile peu à peu avec une langue dont la poésie, comme en filigrane, est là pour nous rappeler à une métaphysique urgente, les secrets enfouis qui émergent soudain de la vie et de l’inconscient mêlés. Ce livre est l’histoire de Xavier Beauchamps qui, au fil du récit, va découvrir ses origines à partir du Clan des Ancêtres, une œuvre que lui a offerte son oncle. C’est alors que tout va s’enchaîner: une résurgence des souvenirs, sa relation avec Béatrice, des écrits laissés dans une malle. Son oncle Modeste savait des choses, avait reconstitué le passé, mais paradoxalement c’est comme s’il avait laissé Xavier à lui-même jusqu’au secret final, porteur de tout le récit.

Auteur : Claude CAER
Titre : La rue Saint-Maurice
Si la Bretagne est une terre de marins naufragés, elle n’en demeure pas moins un pays où les hommes sont hantés par le mythe de leur retour. Claude Caër, dans un style à la fois simple et profond, nous raconte cette histoire où la réalité nous dévoile, derrière les apparences, la face cachée de la nature humaine. Amour et crime vont alors comme signer un pacte d’alliance.

Ainsi Locronan sera le théâtre d’une histoire de marin disparu, d’amour et de chair jusqu’au sang qui va couler… mais on ne vous en dira pas plus.

Auteur : Corinne COLMANT
Titre : Bleu
Après son très beau roman, Ni du voyage, ni du paysage, qui embarquait le lecteur dans l’aventure magique d’une écriture, Corinne Colmant nous propose un recueil de vingt-deux nouvelles au titre polysémique : Bleu, la couleur éclatante de la peinture d’Eduardo, de la mer turquoise et des volets bleus des maisons méditerranéennes, mais aussi celle des hématomes psychiques et physiques qu’assène la vie, et que l'on retrouve dans ces nouvelles, à la fois légères et sérieuses.... Annie Forest-Abou Mansour

Auteur : Corinne COLMANT
Titre : Ni du voyage, ni du paysage
Ni du voyage, ni du paysage: Le titre reprend la première épigraphe tirée, comme la plupart d'entre elles, des poèmes d’Ève, une femme en morceaux, qui ne sait pas dire « je ». Le roman retrace l'histoire de Kurt, un écrivain en mal d'inspiration ; il découvre le journal de cette femme qu'il a aimée, et choisit d'en faire un roman. Les écrits d’Ève évoquent ses errances, quand elle parcourt le monde d'Est en Ouest et du Nord au Sud, à la recherche d'une impossible identité. Sa vie d'artiste, le théâtre et la musique, l’amènent du silence aux mots, de la poésie au récit. Ses rencontres amoureuses avec des hommes qu'elle a perdus, sa « chasse aux mâles », comme le dit Kurt, jalonnent sa révolte et sa quête chaotique de liberté.
Quand Kurt meurt, elle découvre son livre...

Auteur : Oivier DE LACRETELLE
Titre : Les larmes d'or
Avec ce livre, Olivier de Lacretelle nous raconte la vie d’un homme à partir du décès de sa mère, chaos qui va l’amener à s’interroger. Voyage à la fois intérieur et extérieur pour mener à bien cette quête spirituelle qui agit en lui comme un aimant l’attirant vers l’absolu. Une galerie de personnages mais aussi de maîtres spirituels vont croiser sa route.

L’Inde et l’Afrique y apparaissent comme des lieux de quête et d’aventure extensibles, des lieux de délivrance et d’émerveillement.

Auteur : Hélène DUC
Titre : De cendres et d'écarlate
Regroupées autour d'une thématique commune, les figures de la femme dans la littérature fantastique, ces six longues nouvelles, nourries par les univers de Théophile Gautier, Edgar Allan Poe et Stephen King, vous proposent de partir à la rencontre de personnages féminins issus du folklore fantasmagorique européen, entre romantisme gothique et érotisme contemporain.

Tour à tour, troublantes victimes ou bourreaux voluptueux, les six femmes que vous allez découvrir sous la plume élégante et sensuelle de l'auteure, qu'elles soient sorcière, démone, vampire, ou bien encore métamorphe, vous fascinerons autant qu'elles vous inquiéteront.

Auteur : Michel-Olivier DURY
Titre : La vie comme ça
Avec cet ouvrage, Michel-Olivier Dury nous invite à lire deux histoires, tout d’abord celle d’un homme dans le milieu du travail de la fonction publique. L’emprise de ses supérieurs hiérarchiques qui frisent le ridicule l’amène à éprouver des états d’âme qui, paradoxalement, vont lui ouvrir la porte des souvenirs et de l’inspiration pour former en parallèle un second récit, celui de sa jeunesse.

Alors, au gré des entrées et sorties de ses chefs, l’auteur revoit ou réinvente son enfance et son adolescence émaillées d’aventures, de sentiments, d’expériences amoureuses homosexuelles tout en retenue. Il y a beaucoup de drôlerie et de tendresse mélangée dans ce livre qui amènera le lecteur à se revoir lui-même dans sa propre enfance ou jeunesse. Par moment on y sent le poids de toute une vie avec ses joies, ses regrets, ses hardiesses, mais on n’est jamais déçu.

Auteur : Hélène FOLIO
Titre : Qui êtes-vous Monsieur Je ne suis pas moi
Un homme dépossédé de lui-même, perdu dans les méandres de la maladie dévastatrice, sa femme abolie par une souffrance telle qu'elle ne parvient plus à se reconnaître vivante, un médecin séducteur sous l'emprise de son assistante sociale jeune, belle, hystérique et perverse.

Le titre même pourrait inciter le lecteur à croire qu'il va sombrer dans le pathos. Il n'en est rien. Le récit est illuminé par des éclats de bonheur, le souvenir des jours heureux, un amour charnel du vivant. Avec la maison pleine comme une femme gravide, les rires des enfants, le vieil oncle qui bat la campagne, les chattes douces et consolatrices, on pénètre dans le cœur fragile de la vie, la vraie vie cruelle et ensorcelante, habitée par le yoga, la danse et la musique.

Auteur : FORESTIER Jean-François
Titre : La maison qui n'en finissait pas d'être à vendre
Avec ce premier roman, Jean-François Forestier fait vivre une maison corps et âme. C’est elle qui prend les rênes de l’histoire et nous parle à sa manière des personnages réels ou fictifs qui l’ont habitée. Le dernier propriétaire y décédera, laissant la maison en héritage et aux successeurs le droit de la mettre en vente.
La maison alors regarde, scrute l’environnement, accueille les visiteurs. Mêlant tragique et humour, l’auteur trace une histoire à travers cette maison qui pense, agit et subit les événements. Avec un style à la fois recherché mais non dénué de tendresse, ce livre ne peut que surprendre. Le lecteur pourra peut-être se reconnaître dans l’un des personnages, car l’auteur, la maison, n’a pas hésité à capter les protagonistes jusque dans leur part intime.

Auteur : Nadine GRANDEAU
Titre : A pas feutrés
Il faut choisir un pseudo. Elle pense alors à Lydienne, cette variante du jaspe noir. Lydienne commence comme Léa par un L. Elle télécharge une photo qu’un copain minéralogiste a prise dans son atelier. « Tu me fais penser à la chanson de Léo Ferré, avec tes petits seins… » Elle n’a qu’un seul copain, ce jeune homme.

Elle pose devant les vitrines du magasin. « Ils vont croire que tu as une sacrée collection ! » Ils rient. Leur connivence est totale. « Tu sais que les hommes ne pensent qu’à ça », ajoute-t-il . Elle n’a pas fait l’amour depuis deux ans. Elle se promet une chose : aller à chaque rendez-vous parée d’un bijou talisman de Léonie.

Auteur : Nadine GRANDEAU
Titre : Longtemps très loin
Dans ce roman d'écriture, Nadine Grandeau nous raconte des destins qui, sur plusieurs années, se croisent, fusionnent puis s'échappent pour en décrire les turbulences, part d'indomptable qui échoit à notre condition humaine.

Si la sexualité, avec ses vrais faux repères, avec sa beauté et ses transfuges est au coeur de cette histoire, les personnages nous renvoient avant tout à leur tendresse et à leur humanité.

Par la magie de son écriture, Nadine Grandeau atteint la profondeur tout en privilégiant la sensibilité des héros de ce livre qui savent lire à travers les parfums et les pierres comme pour nous délivrer d'autres messages, plus sensoriels.

Auteur : Nadine GRANDEAU
Titre : Trois chats
C’est en ressortant à l’air moins vicié que je le vis : assis sur une bassine renversée, le regard en direction de la porte de la cour, immobile, à l’écart des autres, blanc, à poils longs, mais si blanc, si beau que j’étais sourde à ce qu’elle me racontait. Il s’appelait Amar, griffait, mordait, était caractériel, méchant. La directrice du refuge le jugeait « inadoptable ».

Le Prince de ces lieux, pensai-je aussitôt.

Je me dirigeai vers lui très doucement. Il tourna la tête et me fixa d’un regard de chrysoprase qui me fit frissonner. Ce vert lagon, ce poil long calcite blanche, ce nez de quartz rose, c’était irrésistible, j’aimai d’emblée le seul chat parfaitement blanc du refuge. Un chat de conte de fées qui semblait avoir servi de modèle à l’illustratrice de mon enfance, Adrienne Ségur. Je pris quelques clichés avec mon téléphone portable. Il ne bougea pas. J’envoyai les photos sur la messagerie de Christophe, rangeai l’appareil dans mon sac. Je m’approchai doucement de lui, posai trois doigts à plat entre ses deux oreilles en lui parlant doucement, sans trop le fixer. Il se laissa faire. Il ne griffa ni ne mordit.

Auteur : Nadine GRANDEAU
Titre : Un brin d'écarlate
Dans son nouveau livre, Nadine Grandeau nous raconte une histoire qui nous touche par la profondeur qu’elle sait faire naître à la surface des émotions, puis doucement elle nous entraîne plus loin au-delà de ce que nous sommes ou croyons être grâce à la magie de son style.

Alain, quarante ans passés, souffre d’un handicap. Son père décède brutalement. Peu après il découvre le manuscrit d’une patiente de ce père qui était chef de service au CHU de Clermont-Ferrand.

Auteur : Jean-Louis GUITARD
Titre : Quatre ans et la guerre
Avec ce livre tout en verticalité, Jean-Louis Guitard nous donne à lire un texte où l’image, les détails apparaissent comme autant de visions brèves, d’impressions de souvenirs. C’est un enfant de 4 ans qui raconte la guerre ou plutôt « sa » guerre. Derrière les mots qu’il ne prononce pas, se cachent bien sûr des vérités plus grandes et des faits historiques. Ce livre apparaît alors comme une incursion dans ce qui lui reste de mémoire, et donc dans ce qui lui reste de sincérité. En ce sens ce livre est magnifique parce qu’indirectement il nous parle aussi d’oubli. Le texte nous parvient non pas en bribes mais par petites touches de souvenirs, comme des flash qui lui reviennent et qui provoquent chez le lecteur une sensation de réel très forte.
Jamais la guerre n’a été racontée de cette façon. Jean-Louis Guitard a écrit cet ouvrage avec son cœur et non sans une certaine tendresse envers ceux qui ont croisé sa vie à ce moment-là. Sans en dire beaucoup et avec beaucoup de silence, il a peut-être écrit aussi un livre d’amour...

Auteur : Ludovic HARY
Titre : Le premier jour, société secrète
« Où en êtes-vous avec l’autre ? À cette question, nous répondrons ou plutôt, vous commencerez de répondre vous-même sur votre vélo, en chemin, vous serez seul ou seule en selle le premier jour, de l’aurore jusqu’à seize heures de l’après-midi au moins. Partez d’où vous vous voulez mais ne roulez pas au-dessous de cent vingt kilomètres durant ce premier jour. Nous nous retrouverons, tous et toutes, au point de rendez-vous : La Ferté-Hacquise. Sur place, vous passerez les trois épreuves avec la personne de votre choix, premièrejouriste elle aussi. À bientôt. Les premiersjouristes.»

Auteur : Jean HAUTEPIERRE
Titre : Le meurtre de la tour de cristal
L'empire de Trézène, à l'époque où se déroule ce récit, décline et se réduit depuis des décennies à une ville assiégée. C’est au sein de cette existence chaotique et crépusculaire, sur laquelle règne la fièvre obsidionale, que survient le Meurtre de la Tour de Cristal.

Théobald de Thunn obtient le droit d'enquêter sur cette affaire qui suscite le plus grand embarras dans les sphères dirigeantes, pour des raisons peut-être inattendues. Outre les moyens les plus classiques, il déploie au service de sa recherche son art dans le déchiffrement des prophéties, tâche toujours inachevée qu'il poursuit sur les pas d'innombrables prédécesseurs.

Auteur : Jean-François JACQ
Titre : Fragments d'un amour suprême
Lire Jean-François Jacq, c’est entrer vivant dans une histoire à la fois dense et tout en retenue, qu’il a vécue de plein fouet et qu’il a su ériger en oeuvre littéraire. Deux hommes de milieux très différents, mais chacun avec des cassures, se rencontrent et s’aiment jusqu’à ce que la mort les sépare. L’auteur, tout en nous faisant part de ses émotions avec justesse, nous amène à une profondeur d’analyse que porte une écriture qui ne lâche rien à la facilité mais au contraire nous interroge. Un récit autobiographique que l’auteur parvient à nous faire partager avec son humanité. En lisant ce texte, le lecteur sera comme suspendu au temps. Il devra s’approprier ce livre, il devra le lire comme s’il allait chercher la vérité qui permet parfois ce déploiement en soi, laissant alors les choses venir avec une sincérité crue.

Auteur : Henri-Hugues LEJEUNE
Titre : Chroniques américaines
Avec ce nouveau livre Henri-Hugues Lejeune dresse une peinture des milieux intellectuels de l’Amérique des années 70 et 80 comme de la « society » évoluant dans l’aquarium new-yorkais.
L’auteur s’y attache avec un regard acéré dont la finesse, très française, donc un peu voltairienne, décèle tant les travers que les charmes dans cette danse de relations tumultueuses aussi puritaines que parfois libertines qui entraînent ses protagonistes, Norman Mailer et Mary Mc Carthy mèneront le bal, racontés d’un peu plus près.
Qu’ils se prennent au jeu des personnages et laissent transparaître dans le récit une nostalgie de cette époque c’est évident, encore l’auteur se garde-t-il de juger.

Auteur : LIZA
Titre : La Cantine littéraire
Avec La Cantine littéraire, Liza nous emporte dans une histoire où les lieux et les rencontres semblent chaque fois attiser des passions enfouies. Quel rapport entre le théâtre, la littérature, la cuisine et la Grèce, c’est ce que nous explique ou nous fait entendre ce livre captivant. Un texte qui est comme une succession de pages ouvertes aux émotions à la fois simples et profondes. Avec cette auteure, la littérature redevient ce qu’elle n’aurait jamais cessé d’être : une histoire pleine de surprises, de situations qui se suivent ou s’enchevêtrent grâce au pouvoir des mots. La narratrice, L, est femme de générosité absolue. C'est un voyage gastronomique qui emporte le lecteur jusqu'en Grèce, un parcours littéraire aussi et des rencontres inattendues, rêvées peut-être... Un roman qui nous donne envie de rester là dans une douceur nostalgique sans que l’on puisse vraiment savoir pourquoi.

Auteur : Frédérique LOMBARD MOREL
Titre : Demain? Toujours Demain!
Qui mieux que Frédérique Lombard Morel pourrait nous décrire l’histoire d’une jeune femme, Isadora, aux prises avec un amour éprouvé par l’attente et les promesses, qui l’amène à ne plus être elle-même.
Sa vie faite d’éloignements et de rapprochements successifs, où les émotions retenues, parfois inavouées, offrent autant de couleurs subtiles à ce récit.
Une mère acariâtre et jalouse, des frères haineux et un père disparu trop tôt qui l’a trop aimée plantent le décor familial.

Auteur : Frédérique LOMBARD MOREL
Titre : l'hôtel des passants
À d'autres moments, je ne m'aimais pas. Je rentrais le cœur lourd, un poids dans l'estomac. Je n'imaginais pas que mes seules relations amoureuses ne seraient faites que d'occasions.

Je ne trouvais pas le juste milieu, je touchais l'extrême pour m'émanciper et exorciser les contraintes dans lesquelles j'avais été élevée.

L'ennui, l'angoisse, la peur jusqu'au désespoir occupaient mes pensées et me nouaient la gorge.
Je faisais l'amour, mon corps réclamait.
Je sentais encore les caresses en rentrant, avec mon cœur inassouvi.

Auteur : Toinon MAGUEREZ
Titre : La petite Afghane
Dans ce roman, Brest n’a jamais été racontée de cette manière. L’his- toire se situe sur le port avec ses personnages : ceux d’abord enracinés dans la ville, qui fréquentent le café le Colbert comme s’ils y trouvaient une seconde famille. Puis les autres, ceux qui vivent en marge dans un squat près des HLM.
Un jour la mairie devra faire évacuer le quartier car une bombe datant de la Seconde Guerre mondiale a été découverte. L’occasion pour tous ces personnages de vivre une autre histoire et de se mélanger ou même que ressurgisse à leur insu un passé douloureux : Jim, squatter et ancien de l’Afghanistan, qui a reçu l’ordre de tuer une petite Afghane qui allait se faire exploser ; sœur Adèle qui devra expliquer la mort aux enfants qui croient aux fantômes et, bien sûr, le petit Erwann, mais les autres aussi...
On ne vous en dira pas plus, parce qu’il faut lire ce livre plein d’émo- tions et de tendresse comme si on regardait un film...

Auteur : Rose-Marie MATTIANI
Titre : Le soleil à travers une passoire
Parcourir le texte de Rose-Marie Mattiani, c’est déjà un chemin d’apprentissage qui nous confronte à une certaine forme de modernité. Ce roman quitte la forme traditionnelle du récit et trace sa route en dehors des règles de la narration psychologique pour nous convier à lire autrement en intercalant vers et prose.

Écrit d’une seule respiration comme un recueil de poèmes, d’un souffle qui donne plus de liberté au lecteur, qui laisse à penser que les mots c’est la vie et que la vie nous amène à déployer le souffle des mots. C’est en tout cas ce souffle qui compose ce texte à la fois libre, serré et homogène.

Auteur : Gregory MION
Titre : L'Amérique cinquante et des poussières
On prétend volontiers que tout est possible aux États-Unis et que le rêve américain fonctionne encore à plein régime. Mais c’est une opinion qui semble fragile depuis l’effondrement de la finance et la multiplication des crises sociales. Les Américains sont devenus des résistants magnifiques après avoir été les conquérants de la liberté et du bonheur. On dirait maintenant que ce sont les événements qui prennent les décisions à la place des individus. Les cœurs battent plus vite parce qu’ils ont peur et non parce qu’ils sont excités par de grands projets.

Auteur : François MOMAL
Titre : Austin TX, Central Time
Marc est accueilli par Jerry à l’aéroport national d’Austin, Texas. Jerry conduit Marc à son motel où une chambre lui a été réservée. Pour Marc c’est le choc du Réel entre Paris et Austin TX, mais petit à petit il se met à aimer ce nouveau continent et ce temps plat qui s’étale dans toutes les directions. Rien à voir avec le temps parisien, rapide et orienté. Cédric lui aussi débarque à Austin. Malgré un racisme encore tenace dans les États du Sud des États-Unis, Cédric l’Antillais a tenu à accepter cette mission au Texas. Marc, Cédric, deux exilés pour une durée indéterminée, et Jerry, leur hôte américain, vont être amenés à travailler ensemble sur un projet confidentiel. Est-il besoin de se décentrer à l’autre bout du monde pour se trouver ? L’espace et le temps donnés à profusion au cœur du Nouveau Monde seraient-ils les ingrédients nécessaires à une liberté retrouvée ?

Auteur : Jeanne MORRISSEAU
Titre : À l'est
Ce livre est un récit qui, sans rien imposer, marque les esprits par sa puissance évocatrice et sa capacité à nous surprendre par son style enchanteur. À chaque paragraphe, le lecteur pressentira des forces de vie déchirantes. Traversée des apparences ou jeu de miroirs composent cette œuvre en quête d’absolu. Sentiments insaisissables, émotions et présence au tout se mêlent comme pour mieux trouver dans l’épuisement ce nouveau socle qui mène à la lumière.
Un amour fou avec ses obsessions multiples fait jouer le corps entre apaisement et pulsions de chairs tristes et joyeuses. Une exploration qui ne peut laisser indifférent tellement elle nous interroge et nous rend peu à peu, au fil des pages, partie prenante de cette folie qui tout au long du livre guide l’écriture dont la force, paradoxalement, réside en une parfaite maîtrise.

Auteur : Clément N.
Titre : L'assassin des brumes
Qui a pu assassiner Sylvestre Delpeau lors du mariage où étaient réunis ses « amis » ? Et surtout dans quel but ? Tout cela paraît absurde, incroyable.
C’est pourtant cette énigme que devront résoudre le commissaire Danes et sa sulfureuse collaboratrice Léa, en découvrant peu à peu la vie et les secrets des suspects, leurs non-dits, leurs rancœurs, leurs espoirs déçus. Et les rapports, parfois invisibles, qui les lient entre eux.

Avec ce roman, l’auteur se livre à un jeu de pistes dont il a le secret. Il mélange avec l'art du suspense les scènes intimes de ses personnages en n'épargnant les secrets et les petites névroses de personne. Le commissaire Danes et son amie Léa ne seront pas plus épargnés que les protagonistes de l'histoire qui, dignes d'un roman d'Agatha Christie, se verront confrontés à la possible culpabilité de leurs proches. Jeux de miroirs, faux indices, émotions culpabilisantes contribuent à cette brillante mise en scène. Danes ne devra pas faire de faux-pas pour démasquer le véritable assassin… qui, au fond, est là. Tout près de lui.

Auteur : Clément N.
Titre : Virginia
Un week-end entre amis et puis... des meurtres. Le commissaire Danes et son amie Léa, une fois de plus, vont faire équipe pour mener tambour battant l’enquête jusqu’au dénouement final, inattendu. Clément N. a su nous dresser le portrait de personnages, suspects potentiels. Qui est le meurtrier? Un serial killer, certainement pas. Les motifs du tueur se cachent dans les tréfonds de l’âme humaine. Enfin, des indices apparaissent et vont parler de manière surprenante.

Auteur : Clément NAVA
Titre : L'Homme sans valise
David Spacey, jeune comédien qui passe le plus clair de son temps chez lui, voit s’installer un nouveau locataire, juste au-dessus de son appartement. Seulement voilà, le locataire semble bien mystérieux. David ne l’entend pas et ne le voit presque jamais. Personne dans l’immeuble ne semble, d’ailleurs, être au courant de son existence. Intrigué, David cherche à en savoir plus.
Mais sa curiosité va vite tourner à l’obsession, au plus vif désarroi de sa femme Sylvie. Que fait de ses journées le nouveau venu ? Pourquoi s’est-il installé ici ? Que sait-il exactement au sujet de la famille Spacey ? Obnubilé par cette quête de vérité, David devra aller jusqu’au bout de ses limites et de ses peurs afin de découvrir le secret de celui que Sylvie appelle l’homme sans valise.

Auteur : Bojenna ORSZULAK
Titre : L'adieu au corps
Avec ses nouvelles, l’auteur nous invite peu à peu à une découverte, à une autre approche où les sensations, et non les événements, tissent des histoires. Ce sont peut-être les détails, les non-dits qui en disent long finalement car l’auteur possède l’art de nous les faire savoir en prenant à bas le corps avec des touches successives la totalité des sensations qui la traversent, la transpercent parfois. Des histoires de l’intime et du corps portées par des intuitions que sert une écriture à la fois dense, subtile et homogène. En ce sens, cet ouvrage sort des sentiers battus de la narration comme pour mieux nous faire partager ce qui scelle les cœurs ou les desserre. Bojenna Orszulak ouvre en nous des espaces au-delà du temps qui prennent à témoin des émotions enfouies qui, tout d’un coup, refont surface et réapprivoisent la vie dans ce qu’elle a de plus inouïe.

Auteur : Kemi OUTKMA
Titre : Cycle(s)
« Sa vision de l’avenir est un cul-de-sac. Une impasse sombre finissant par un mur infranchissable. Elément à déterminer : la longueur de l’impasse et la vitesse à laquelle aura lieu l’impact avec le mur. HUMAN CRASH TEST EXPERIENCE. Port du masque obligatoire.Depuis cinq ans il était là. Cette idée ne le lâchait plus. Litanie du désespoir. Et elle imprimait en lui une sensation d’immobilité. Ou plutôt d’incapacité de mouvement. Cinq ans. A chaque fois que ces termes s’imposaient à lui il avait le sentiment que, depuis ces cinq années, le temps s’était arrêté, que la vie tournait en boucle, et qu’elle allait continuer ainsi éternellement… Et cette sensation d’éternité ne donnait pas la certitude de ne pas mourir, mais celle de ne déjà plus vivre. »

Auteur : May PEYRON SPANGLER
Titre : Papa a dit, maman aussi
«La petite enfance, l’enfance de mes deux derniers, l’adolescence de mon aînée, que tout cela est bien relaté. Se découvrir dans le cœur et le regard de ma fille May représente une expérience exceptionnelle.» Christiane Peugeot

Papa a dit, maman aussifait suite àMémoires d’une Peugeotde Christiane Peugeot, où l’on retrouve la petite-fille de l’industriel protestant devenue «maman», et dont la fille May esquisse le portrait dans une série de fragments tendres et humoristiques. « Papa a dit»: le père détient le verbe et c’est avec lui que May choisit de s’identifier, car mieux vaut être un garçon manqué dans un monde où les filles réussies ne semblent pas exister. «Maman aussi»: la mère privée de parole propre n’existe qu’en reflet du père – mais l’écho n’est pas sans une dissonance que la soumission apparente de Christiane dissimule mal.

Auteur : Prisca POIRAUDEAU
Titre : La demeure des chiens fantômes
Les chiens sont les gardiens de la demeure. Ils protègent l’antre et veillent sur les âmes. Prisca Poiraudeau rêve souvent de maisons hantées, immenses et labyrinthiques comme celle de son enfance : la maison creusoise perdue dans la forêt. La maison se souvient. Vous ne resterez pas au seuil de son âme, envoûté par sa plume. Suivez le chat psychopompe, l’ami de la jeune fille… Les contes et nouvelles de Prisca Poiraudeau sont les facettes d’un même diamant, récits personnels à la fois oniriques et profondément vécus de l’intérieur. Pour ce jeune écrivain la littérature est avant tout un exorcisme qui permet de maîtriser les flots douloureux des mémoires enfouies.

Auteur : Marc-Louis QUESTIN
Titre : La Citadelle des Vierges Noires
Avec ce recueil de nouvelles baroques et décadentes, Marc-Louis Questin nous amène à explorer des territoires inquiétants. Voyages sensuels et oniriques, pèlerinage aux sources des mythes, la réalité que nous croyons si bien connaître se métamorphose subtilement sous nos yeux. L’univers sombre des loups garous, des androïdes et des vampires nous renvoie dans ce livre à une meilleure compréhension de nous-mêmes qui sommes déjà sans le savoir des voyageurs de l’invisible. Rites initiatiques et croyances dans les forces de l’esprit ont toujours forgé les civilisations. Marc-Louis Questin n’en est que le rapporteur visionnaire qui a su pour nous lecteurs pénétrer ces mondes obscurs et nous offrir ses intuitions où l’érotisme rejoint le sacré, où Dieu et Lucifer ont comme signé un pacte d’alliance pour atteindre l’absolu de cette beauté inaltérable que chevauchent à jamais nos rêves les plus précieux.

Auteur : Florence RIDE
Titre : Les bateaux de papier
« Je ne connaissais pas Florence Ride, ce qui est sûrement la meilleure position pour pouvoir affirmer que ses pages sont de la vie. Ses personnages des Bateaux de papier, oui, attachants, différents, tendres et passagers d’une espèce de folie douce, d’un orientalisme si parisien, si littéraire.

Mais surtout, dans ces pages, cette gourmandise délicieuse qui donne aux livres éparpillés une fragrance, qui donne à la lumière des jardins une sorte de contre-jour à la Bonnard, à la Vuillard ou à la Valloton, qui fait que l’on a envie de traîner l’ennui des hommes dans les cafés grecs, de partager les gestes des femmes et leur lenteur sous la chair des maisons. »

Auteur : Florence RIDE
Titre : Les Saisons de la sans-souci
Difficile de classer ce roman qui raconte l’insouciance et à la fois la fébrilité d’une jeune femme. L’héroïne ne s’accoquine qu’avec le bien-être qui, au fur et à mesure du texte, grandit en elle comme une solitude à part. Contrairement à beaucoup d’autres récits, l’héroïne ne se sent pas Loup des steppes, mais plonge au cœur de cette souffrance douce qui la met en quête de délices sensuels. Mais elle sait aussi faire corps avec les émotions que lui procurent un coucher de soleil ou un petit coin de paradis. Fausse dualité entre le divin et le profane qui n’oblige pas la sans-souci à jouer double jeu avec elle-même. Et si l’alcool apaise parfois ses angoisses, il sait aussi la maintenir dans cette apparente légèreté, presque provocante de nos jours. Chaque lecteur sentira ici, peut-être grâce au style, une certaine connivence avec l’héroïne. L’écriture est un pur délice, qui à chaque phrase allume ce quelque chose en nous d’indéfinissable et de terriblement humain.

Auteur : Geneviève ROCH
Titre : Dédales
Avec ce livre, Geneviève Roch nous propose ce récit détonant qui, d’emblée, vouvoie le lecteur alors en prise directe avec l’histoire comme si à chaque page, sans même sans s’en rendre compte, il laissait un peu de lui-même. Comme des millions de gens, l’héroïne (c’est à-dire vous) se rend à son travail dans l’Etablissement et doit suivre un itinéraire, à la fois précis et confus, pour atteindre un endroit. Mais ce chemin avec ses arrêts, ses détours en forme de questionnement, devient de plus en plus inconsistant.

Auteur : Geneviève ROCH
Titre : Les tapisseurs
L'auteur nous plonge d'emblée dans un univers kafkaïen qui  montre comment une société peut insensiblement déraper vers le totalitarisme, avec l'approbation tacite de ceux qui acceptent de perdre toute liberté pour continuer à vivre dans leur médiocrité.
 
Maître Henri Leclerc,
Avocat
Président d'honneur de la Ligue des Droits de l’Homme.
 
Geneviève Roch fut professeur de Lettres avant de se consacrer pleinement à la peinture puis à l'écriture. Elle est l'auteur de plusieurs romans et nouvelles, d'un essai sur la peinture ainsi que d'un ouvrage sur sa peinture réalisé en collaboration avec le philosophe et poète Bernard Grasset. Elle a aussi publié une dizaine de recueils de poésie et elle est la lauréate 2014 du prix Arthur Rimbaud.

Auteur : Geneviève ROCH
Titre : Otto
L’histoire d’amour d’Otto et Sophal, deux êtres hermaphrodites d’une très lointaine civilisation qui découle de la nôtre selon des critères d’évolution tout à fait pertinents, permet à Geneviève Roch de nous proposer un roman d’anticipation aussi drôle que philosophique! Se livrant à un travail d’extrapolation jouissif, l’auteure examine quelques-uns des travers de la société actuelle comme ceux supposés de celle de demain… et d’après après-demain, c’est-à-dire de la civilisation des Fhoms dont font partie Otto et Sophal. Celle-ci, qui n’a plus grand-chose à voir avec notre XXIe siècle, concrétiserait-elle le rêve du «meilleur des mondes possible»?

Auteur : Camille ROELENS
Titre : Nuits
Avec ce nouveau livre, Camille Roelens nous livre, texte après texte, des petites merveilles. Le rapport au réel forme peut-être la thématique de ces nouvelles qui ne délivrent aucune morale, mais nous interrogent dans notre quotidienneté, dans ce rapport à la vie que nous avons, souvent constitué d’effrois, de fuites ou de contradictions.

Les textes courts de la fin nous parviennent comme autant d’ultimes interrogations qui mettraient en joue notre existence. Et pourtant nous continuons à vivre. Voilà un livre dont certaines phrases nous parviennent comme des éléctro-chocs, amenant aussi un plaisir de lire des textes travaillés jusque dans une certaine élégance laissant transpercer la noirceur.

Auteur : Etienne RUHAUD
Titre : Disparaître
Ce livre porte un titre magnifique. Mais son infinitif est trompeur. Ce n’est pas un traité nihiliste. Le rien n’y est pas revendiqué, mais simplement montré comme l’aboutissement d’une sombre errance. C’est pleinement un roman…

É tienne Ruhaud donne à cette odyssée négative un décor à sa mesure : la banlieue parisienne, de Nanterre à Alfortville, puis à Thiais, et à des moments où la météo n’est guère riante. Mais cela, jamais de façon abstraite ou vague. Ses descriptions sont précises, captant des détails riches de sens et supposant un minutieux travail de repérage. De temps en temps, par des mots en italique, il nous donne des échantillons de l’air du temps. Disparaître est un roman de toujours et, en même temps, de l’immédiat aujourd’hui. Si l’on veut, c’est le roman de la crise.

Auteur : Hélios SABATE BERIAIN
Titre : Personne à Sarajevo
Avec ce nouveau livre, l’auteur nous propose un ouvrage qui échappe à toute classification. Roman, récit, poésie, il est tout à la fois. Texte de la déconstruction pour mieux reconstruire. Histoires d’amour entre deux hommes où les repères se font incertains parce qu’en quête de vérités toujours ouvertes à soi, entre l’intime et la nature dévastée. L’âme humaine, ici, est exposée dans ce qu’elle a de plus secret. La maladie et des scènes qui apparaissent comme autant de maléfices presque salutaires jusqu’à « l’apparition d’un enfant errant découvert dans les décombres du néant » comme l’écrit l’auteur à propos de son texte.
Le style est un enchantement et chaque paragraphe peut se lire comme un poème salavateur, loin des sentiers battus d’une psychologie qui se voudrait conquérante. Un livre bouleversant qui suscite une émotion et une clairvoyance que le lecteur peut s’approprier.

Auteur : Bruno SILLARD
Titre : La passagère du wagon-lit
Qui est Helena ? Bruno Sillard nous convie à le suivre dans des récits de voyages qui se suivent et se répondent. Nous voilà emportés vers l’Espagne, le Portugal et le Cap-Vert, destinations dont l’auteur connaît les charmes et les secrets. Nul autre que lui ne serait en mesure de décrire la passion qui anime les visiteurs, qu’il suit y compris jusqu’à la porte de mondes noirs comme l’enfer. Sa compagne d’amitié amoureuse, Jeanne, qui était déjà dans son premier récit, Les Amours turbulentes de Jeanne et Antoine, est égale à elle-même et suivra Antoine comme une ombre tour à tour fidèle et passagère. Ludo, le troisième de cette équipée, les accompagnera à la poursuite d’Helena, la Polonaise, qui va s’échapper sitôt le train wagon-lit arrivé en gare de Madrid. Mais qui est-elle ? Petit soldat jouant dans la cour des grands ou aventurière au destin incertain. Même Paul, qui s’invite sur la fin dans cette bande reconstituée, le sait-il vraiment ? Une somme de récits de voyages qui se mêlent à d’autres histoires, plus personnelles, racontées le plus souvent lors de tablées parfois mémorables. On mange beaucoup dans ce récit et l’on boit tout autant avec un esprit de fête, même si les plus beaux souvenirs peuvent être teintés par la légère amertume d’un passé révolu. Dans ce récit certes bienveillant, chaque chapitre est comme une nouvelle mise en scène. Bruno Sillard nous convie à sa table tant l’auteur fait vivre ses personnages dans ce festin de mots. Mais… Qui est Helena ?

Auteur : Bruno SILLARD
Titre : Les amours turbulentes de Jeanne et Antoine
Bruno Sillard nous raconte les histoires d’amour de Jeanne et Antoine. Ils se sont connus dans le jeu d’une rencontre qu’une amitié amoureuse a scellée. Ils vont se perdre ensemble dans les rues de Paris, à se remémorer leurs propres histoires.

Une traversée où chaque quartier va apparaître comme l’endroit propice pour se raconter leurs amours, tantôt futiles, passionnées, fragiles ou glauques ; des histoires aux contours d’errances et de solitudes assumées ou pas. Histoires de désirs, de douces ou d’affreuses souffrances ressentis par le filtre des émotions présentes entre humour, effervescence et fatigue.

Auteur : Joëlle THIENARD LEDIEU
Titre : Le Trésor
Oh ! comme je les ai aimées ces deux sœurs, si complices dans leurs jeux, rêves illusoires d'une liberté conquise, rêves d'enfants avec leurs codes très précis pour échapper à la confusion du monde adulte où la mère et la grand-mère sont absentes. Comment composer ce manque affectif si ce n'est au fil des pages, par petites touches impressionnistes, tenter un trio avec ce père attentif mais trop exigeant, matériellement présent mais affectivement maladroit et pudique. C'est pourtant lui qui bouleversera ce fragile équilibre en emmenant ses filles sur le continent, les coupant ainsi de leur mère et de leurs espaces de liberté.

Auteur : Florence TOLSTOFF
Titre : Nouvelles et chroniques parisiennes
Brillant sous les feux de la ville comme des papillons nocturnes à la lanterne, des âmes naissent, évoluent, se croisent, se rencontrent, espèrent, aiment, se perdent, se retrouvent, se consument ou s’envolent au travers des artères de Paris. Les cœurs qui battent dans ces poitrails pourraient être les vôtres ou ceux des personnes que vous côtoyez régulièrement ou dont vous avez partagé des moments en commun. Ces scènes prennent place dans les rues de la Capitale aux mille aspects, dans des appartements sans doute proches de chez vous, à deux pas de votre bureau, des endroits que vous connaissez sûrement, des cafés, devant des façades oubliées par le regard des passants empruntés et distraits, des monuments. Les personnes ayant vécu ces histoires (extraordinaires ou juste originales), ces craintes et ces joies, se présentent à vous comme des anonymes au quotidien lorsque vous les rencontrez l’espace d’un court instant, sur un trottoir, un quai de station, au restaurant du coin, chez le boulanger ou ailleurs… Cependant, ces silhouettes éphémères et furtives portent en elles les stigmates d’expériences uniques et profondes, des souvenirs fabuleux ou tristes ; actrices ou témoins, elles vous offrent la clé de leur intimité. Paris vous livre le récit de ses murs au travers de bribes de vies, mosaïque d’histoires sur fond de pierres, de tuiles, de lumières et de bitume.
Extrait de l’avant-propos de l’auteure

Auteur : Claude Sylvie ULRIK
Titre : La Rampe rouge Rondes
Avec ce récit, Claude Sylvie Ulrik nous offre une œuvre singulière. L’histoire d’une femme qui, à la mort de son mari, ose ouvrir le carnet d’Astrid, la mère de ce dernier. Un secret de famille va apparaître, terrible. L’auteur va, par son écriture, cheminer auprès d’Astrid et l’accompagner dans son chemin de souffrances et de découvertes de ses origines.

Le livre envoûte au fur et à mesure du récit car la narratrice y devient partie prenante jusqu’ à entremêler sa voix avec celle d’Astrid. En ce sens ce livre est marquant car c’est aussi l’histoire de la narratrice en quête d’elle-même ou d’une part plus secrète, du domaine de l’inconscient. Plus encore c’est peut-être l’écriture en recherche permanente avec ses accès à la fois de profondeur et de simplicité qui fait écho en nous jusqu’à interroger notre propre mémoire.

Auteur : Mylène VIGNON
Titre : A l'ombre des pages
Deuxième volume de la trilogie Tara des Ombres, qui avait commencé en Bretagne avec L’Ombre de Saint-Cado. Nous y avions découvert Tara, jeune archéologue, passionnée par la vie.

A l’ombre des pages nous emmène à la découverte de la mer des Faluns, en Pays de Loire, en passant par la Maison des pages d’Amboise, logis où Charles VII abritait ses pages.

L’auteure brosse un portrait approfondi de la femme, en pénétrant au cœur de la psychologie de l’héroïne.

Auteur : Mylène VIGNON
Titre : L'Ombre de Saint-Cado
Après avoir écrit un livre témoignage sur ses rencontres avec le peintre Olivier Debré, suivi de trois recueils de poèmes, Mylène Vignon a décidé d'appliquer sa poésie au service du roman. Mêlant la littérature au fantasme et à sa vie insensée, elle a créé Tara Baumane, héroïne composite de ses amies revisitées, sur le ton d'une série de nouvelles qui s'accordent parfaitement entre elles.

Tara nous emmène de la même façon qu'elle a emporté Mylène, dans une série d'aventures sur fond de recherches historiques très nourries et bien réelles, du septième siècle gaélique à la révolution du Jasmin. Son amie Christiane Peugeot, petite fille de la marque au lion, artiste, femme de lettres et professeur de sciences humaines, a accepté de lui offrir la préface de ce premier roman.

Auteur : F.E. WOLFF BACHA
Titre : Les mouches ne rêvent pas
L’auteur nous amène en dehors des sentiers battus de la littérature actuelle.
Autant d’histoires en forme de métaphore où le tragique rejoint le burlesque, où le style se construit à force de tournures et d’images pour nous surprendre comme au détour d’un chemin où l’on verrait apparaître plusieurs paysages à la fois.

Malgré mon attirance, j’avais vu clair dans son jeu : je ne supportais pas qu’il examinât mon âme à travers mon visage, comme un psychanalyste agréé par la sécurité sociale, ou qu’il manifestât de l’intérêt et de la curiosité pour ma personne alors que je n’existe pas parmi les individus de la vie courante. »
(Les mouches ne rêvent pas)



Editions Unicité
3 sente des Vignes
91530 Saint-Chéron
Tél. 06.23.86.73.83
site réalisé parliens mentions légales © 2013 Editions Unicité